votre espace publicite 2018

Damaro CAMARA « Le problème, c’est que l’opposition n’a jamais eu confiance à une CENI en Guinée »

Damaro CAMARA « Le problème, c’est que l’opposition n’a jamais eu confiance à une CENI en Guinée »
VOTRE NOTE

A quelques mois des élections présidentielles, l’opposition guinéenne semble de plus en plus s’inquiéter des risques de fraude. Dans une déclaration rendue publique ce lundi 1er juin 2015, l’opposition guinéenne a formulé quelques observations sur le déroulement actuel des opérations de révision des listes électorales. L’opposition exigent la suspension des activités de la commission électorale nationale indépendante avant de revenir à la table de négociation.

Interrogée par notre consœur Aïssatou Diallo de visionguinee.info Amadou Damaro Camara, le président du groupe parlementaire Rpg Arc-en-ciel, va directement au clash et dit ceci la CENI n’a pas besoin de la confiance de l’opposition pour poursuivre ses activités sur le terrain.

Le plus important, selon l’honorable Damaro Camara, est de revenir autour de la table de négociation. Malgré la crise politique, indique-t-il, ‘’on arrivera un jour à se retrouver mais uniquement autour de la table pour dialogue car, c’est ce qui arrange la Guinée’’.

La politique, signale le député, c’est un peu comme la météo. ‘’Elle peut changer d’une minute à une autre comme pour dire que la position de l’opposition peut changer du jour au lendemain et opter pour le dialogue, parce qu’il ne faut pas refuser de se parler entre acteurs politiques’’, a affirmé le président du groupe parlementaire Rpg Arc-en-ciel.

Si l’opposition exige la suspension des activités de la CENI pour revenir au dialogue, Amadou Damaro Camara estime que la présidentielle doit se tenir au mois d’octobre prochain. A ce titre, argue-t-il, il faut que CENI continue son boulot sur le terrain.

A LIRE >>  CENI : décès du commissaire chargé des opérations électorales

‘’Le problème, c’est que l’opposition n’a jamais eu confiance à une CENI en Guinée. A un moment donné, c’est Louncény Camara qui était le problème et aujourd’hui on nous parle de Bakary Fofana’’, note le député de la mouvance.

Pourtant, assure-t-il, la CENI a prouvé qu’il est techniquement impossible d’organiser les communales avant la présidentielle. Mais, souligne l’honorable Damarao, si les opposants pensent que le contraire est possible, alors qu’on nous le démontre mais autour de la table lors du dialogue politique.




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.