A LA UNELibre opinion

Durée de la transition au Mali, au Burkina Faso et en Guinée : Parlons-en.

Durée de la transition au Mali, au Burkina Faso et en Guinée : Parlons-en.

Le Mali, le Burkina et la Guinée ont en commun de vivre une transition depuis le renversement par des militaires de présidents issus d’élections dites démocratiques, libres et transparentes. Les coups d’État militaires contre des présidents civils ont été fortement applaudis par une frange importante des populations de ces trois pays. Ce qui en soi doit donner à réfléchir. Par quel processus, des citoyens en sont arrivés à saluer une prise de pouvoir par un procédé anti-constitutionnel tout en rejetant un pouvoir issu d’élections ? C’est une sorte de désaveu pour la classe politique ou plus exactement les dirigeants qui étaient aux affaires.

Au Mali, c’est la mauvaise gouvernance mais aussi l’incapacité du président élu à mettre fin à la crise sécuritaire au Nord du pays qui ont motivé la prise du pouvoir par l’Armée, à en croire du moins aux déclarations des putschistes. Il en est presque ainsi au Burkina Faso qui est confronté à la même crise sécuritaire que le Mali. En Guinée, deux des arguments mis en avant par la junte militaire sont le changement de constitution en vue d’un troisième mandat et surtout la falsification de la constitution qui avait été adoptée par référendum le 22 mars 2020. On peut en dire tout ce qu’on pense.

Ces coups d’État étant définitivement « actés », les citoyens se posent desormais des questions sur la durée de la période de transition. Sur ce plan, les préoccupations sont les mêmes dans les trois pays. Concrètement et d’une façon générale, bon nombre de citoyens parlent d’une transition qui ne serait ni trop courte ni trop longue.

A LIRE >>  Bookmakers-Guinea : votre guide pour les paris sportifs en ligne en Guinée

Mais qu’est-ce qu’une  » transition trop courte  » et qu’est-ce une  » transition trop longue « ? Voilà les vraies questions.

Au Burkina Faso, un délai de 36 mois a été retenu à la suite d’une concertation des forces vives de la Nation. Parmi les principales missions assignées aux autorités de la transition figurent en priorité la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité du territoire national, le renforcement de la gouvernance et la lutte contre la corruption.

Au Mali, ce sont presque les mêmes motifs qui sont invoqués pour une transition plus longue ( 6 mois à cinq ans).Cela pourrait, dans une certaine mesure, se comprendre en raison des problèmes sécuritaires constatables qui se posent dans la partie septentrionale du pays, l’occupation d’une partie du territoire par des groupes armés ; une situation qui se traduit par l’absence de l’État sur une bonne partie de ce territoire national. Dans un tel contexte, il serait difficile et même impossible d’organiser des élections dans tout le pays, disent les militaires au pouvoir et leurs soutiens. C’est un argument qui n’est pas dénué de pertinence.

Ainsi, l’Armée se donne pour mission de restaurer l’intégrité du territoire national avant l’organisation d’élections inclusives marquant le retour à l’ordre constitutionnel.

Mais, en ce qui concerne la Guinée, l’on est fondé à se demander ce qui pourrait justifier une transition excédant deux ou trois ans au maximum dès lors que le pays n’est pas confronté à des problèmes de sécurité liés au terrorisme ou d’occupation de son territoire.

A LIRE >>  MEHH : Le Ministre Aly Seydouba Soumah a présidé la Cérémonie de signature des contrats de performances avec les directeurs nationaux et généraux

Si un pays confronté au phénomène du terrorisme s’engage dans une transition de trois ans tout au plus, qu’est-ce qui pourrait justifier que la Guinée qui connaît une situation stable au point de vue sécuritaire, aille au-delà de deux ans de transition? La récupération des biens de l’État ? La lutte contre les infractions économiques et financières ?

S’il est possible de réaliser la première opération dans un délai relativement court, la lutte contre les infractions économiques et financières est un travail de tous les jours. C’est d’ailleurs l’une des missions quotidiennes d’un gouvernement. Aucune transition, quelle qu’elle soit, ne peut endiguer ce phénomène, à moins que la transition ne devienne plusieurs mandats de suite en dehors de toute élection. Et même dans cette hypothèse, il est impossible de mettre un terme par un coup de baguette magique à la délinquance économique et financière. En conséquence, les autorités d’une transition ne peuvent poser que des bases solides afin de permettre aux dirigeants qui seront élus de pourduivre les chantiers ouverts. En tout cas, comme l’a dit le représentant du Secrétaire Général de l’ONU en Afrique de l’Ouest,  » une transition n’a pas vocation à régler tous les problèmes « .

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications OK Non merci.