En Afrique lorsqu’on manque de solution à un problème, on ne se casse pas la tête, on s’en remet à Dieu. Conakrylemag.com 1er site d'information en Guinée toute l'actualité en continu

En Afrique lorsqu’on manque de solution à un problème, on ne se casse pas la tête, on s’en remet à Dieu.

La Guinée se fait un nom. Ce n’est pas nouveau. Mais en bon citoyen, nous aurions voulu rejeter cette réputation de transitaires de marchandise prohibée.

D’abord la cocaïne, puisque nous en parlons abondamment ces derniers temps.

Les trafiquants trouvent leurs complices à Conakry et les chemins pour rejoindre leurs destinations. Et bien souvent, ils partent pour l’Europe. Les Européens qui luttent contre le phénomène de drogue dans leurs différents pays, comptent sur notre Etat pour le contenir. Ils doivent ajouter à leur volonté, la prière et le jeune. Et ça tombe bien nous sommes en période de carême chrétien dans le monde, il faut donc saisir cette occasion.

En Afrique lorsqu’on manque de solution à un problème, on ne se casse pas la tête, on s’en remet à Dieu. On invite alors tout le monde à se priver de nourriture pour rencontrer Dieu qui est quelque part. En réalité, c’est le manque d’effort, de courage et de responsabilité qui pousse à croire à la fatalité. La cocaïne a longtemps transité dans ce pays. Vers la fin du régime Conté, nous apprenons et ce n’est pas démenti, plusieurs officiers de l’armée et de la police étaient impliqués. Le gouvernement de l’époque a semblé trouver cela normal. Et le trafic a entretenu jusqu’en décembre 2008. On s’était dit, il valait mieux de laisser tomber et attendre que Dieu décide.

A LIRE >>  ALPHA CONDÉ, LES FORCES DE DÉFENSE/SÉCURITÉ ET LA JUSTICE. 

Cette fois encore, la drogue dure circule en Guinée. Elle passe par là pour les autres pays. Des quantités importantes sont saisies au Maroc sur des guinéens ou des citoyens détenant des passeports guinéens. C’est de nous les médias internationaux parlent actuellement. Notre pays et la drogue font un sale couple qui est parti pour durer. Des officiers de police et de gendarmerie se trouvent mêler à la vente des colis et à la sécurisation des ressortissants de certains pays latino-américains connus dans le trafic. La drogue donne de l’argent. La drogue mieux que le salaire mensuel, accélère le processus d’enrichissement.

Les enquêtes sont en cours. Certains guinéens n’attendent pas grand-chose. Les médias parleront du sujet. Quelques sous-officiers de police et de gendarmerie seront interpelés et détenus un moment avant de passer à autre chose. Le procès n’aura pas lieu. D’autres croient que le système judiciaire surprendra une des rares fois en touchant à tout le monde. Leur optimisme peut bien se comprendre. Les suspects se trouvent à des niveaux importants de l’administration de la police. Des suspects ont été arrêtés. D’autres qui ont eu des comportements peu catholiques, continuent d’avoir des allures menaçantes. Et ce n’est pas le bon ton qu’on donne au niveau de l’Etat.

A LIRE >>  DJOMATV HADJA SARAN DARABA PARLE DU GOUVERNEMENT SIDYA TOURE : COMPÉTENCE...

En Guinée, les médicaments dont la qualité est douteuse transitent aussi par là. Les médicaments qu’ils soient faux, contrefaits se consomment bien ici. Les boutiques sont partout, l’Etat ne s’est pas encore doté de moyens pour interdire ce marché. Le marché des produits pharmaceutiques est tenu par les non professionnels à plus de 70%. Les officines ne sont pas proches des populations. Alors pour ce trafic aussi, on s’en remet à Dieu.

Par la plume à Jacques

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.