Histoire de paternité; nos aïeux étaient en avance sur la science.
Sow Boubacar
Sow Boubacar

Histoire de paternité; nos aïeux étaient en avance sur la science.

Histoire de paternité; nos aïeux étaient en avance sur la science.

Avant la découverte de l’ADN et le test de paternité qu’il offre, nous aïeux avaient une technique imparable pour confirmer ou infirmer la paternité en cas de l’avènement d’une naissance douteuse dans leurs familles respectives.

Comment procédaient ils pour lever le doute ?

  1. Il demandaient au supposé père d’appeler l’enfant sur qui le doute pèse.

  2. Aussitôt l’enfant arrivé, ils demandaient ensuite au père supposé, de dire à l’enfant d’aller chercher en personne un fouet et de venir auprès de lui pour être corrigé suite à une faute qu’il lui reproche.

Deux attitudes de l’enfant vont être déterminantes pour statuer si l’enfant est effectivement en face de son père biologique, donc légitime ou pas:

• Primo, si l’enfant est légitime, il partira chercher le fouet et revenir librement donner à son père supposé sans chercher à fuir ou à se cacher pour échapper à la fessée annoncée.

• Secundo, si toujours l’enfant est effectivement légitime, pendant qu’il est entrain de recevoir la fessée sans être tenu par son père supposé, l’enfant ne tentera pas de fuir.

Au contraire, en recevant la fessée, l’enfant tournera autour de son père en pleurant sans hurler, ni crier fort. L’enfant est toujours convaincu que c’est avec ses parents qu’il est en sécurité quoi qui arrive.

Si par contre, l’enfant adopte un comportement contraire; c’est-à-dire qu’il tente de fuir dès le premier coup de fouet tout en hurlant, criant, il sera automatiquement, déclaré illégitime et donc, n’étant celui de son père supposé. En fuyant, l’enfant serait à la recherche de son vrai père sensé lui apporter la sécurité.

Dès lors, il sera demandé à sa mère sans violence, ni menace, de rendre publique l’identité de son vrais père afin que celui-ci, puisse récupérer son enfant et éviter de faire des mélanges des genres dans la famille du père trompé.

Cette séance finissait souvent par une question qu’on adresse au mari de la femme pour savoir s’il souhaitait au vu de ce qui précède, répudier sa femme adultérine ou s’il préfère malgré tout, la garder comme épouse.

D’après les témoignages, si la femme accepte de décliner l’identité du vrai père de l’enfant, le mari abusé, finissait toujours par la pardonner et la garder comme épouse.

La sagesse voudrait toujours que l’on accepte de pardonner les fautes avouées et reconnues par le fautif.

Que Dieu veuille pardonner nos pêchés et nous accorder son paradis firdaws. Amen

Sow Boubacar, Switzerland

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Cellou Dalein et Bah Oury

Bah Oury et Cellou Dalein un duel sans fin?

Bah Oury et Cellou Dalein un duel sans fin? Entre les deux, rien ne présage …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !