A LA UNELes Chronikd'OusmaneSociete & divers

I have a drame not comme Martin. Par (Elhadj Ousmane BALDE)

J’ai ramé, ramé comme un galérien condamné par un roi aigri.

I have a drame

Moi aussi. J’ai un rêve. J’ai vu quelqu’un me poursuivre. Il m’a poursuivi des kilomètres. J’étais habillé un peu comme un viking fuyant la persécution d’un roi sanguinaire. J’ai pris les larges. J’ai ramé, ramé comme un galérien condamné par un roi aigri.

Comme si ma vie en dépendait. J’ai fui et j’ai fui. Je me suis réveillé sans savoir où j’en étais avec ma course. Mais bizarrement, j’avais chaud partout. Je suais. Je pensais que c’était la course. Haaahaaa ! C’était mal connaître le courant. C’était lui, le putain*. Il s’était barré. Ensuite le ventilateur s’était arrêté net. Net, il avait fermer sa gueule.

Il n’aboyait plus son vent fatiguant. Son vent enrhumant. Il s’était éteint le pauvre con. Ou disons qu’il s’était évanoui. Je ne rêvais pas donc. Par contre, c’est mon corps qui était en colère par rapport à la chaleur de trop dans ma petite chambrette. C’est donc cette chaleur qui m’a fait croire que :

I have a dream. Je me suis pris pour Martin donc sans être King.

Quel gâchis ! J’ai oublié que je viens du pays où des pinces interviennent pour mettre des balles dans des corps…balles perdues, raisonnement de tête de nœud. Balles pincées. Arguments perdus.

Le boucher abat* mais sans se salir. Il a des apprentis pour ça. Je me suis rappelé que j’avais plutôt un drame à la place d’un rêve. J’avais chaud jusque dans les testicules. Vous savez comme ils sont les testicules. Avec la peau renfrognée. Un peu comme une vieille carapace d’une pute périmée. Voilà ! Vous savez maintenant. La chaleur coulait là-bas. Il faut être garçon pour le comprendre pour descendre les pieds. On dira que c’est cette chaleur qui a fini par nous faire perdre nos couilles. On ne se révolte pas. On ne s’indigne pas.

A LIRE >>  De l’ironie de l’histoire à l’ironie des Hommes

Peut-être que quelque part, on préfère crever. Ici, on préfère mourir en silence que de bavarder sur nos soucis. J’oubliais même qu’ici il est conseillé de ne pas sortir pour un politicien. Leur argument : si sa famille est devant, on ira. Sinon, n’y allons pas. Que soit devant, sa famille. Que soit en haut, sa famine. Qu’on souffrent tous quoi. Qu’on connaisse tous la faim enfin.

Si on a même souffrance, peut-être allons-nous avoir le même sens de décision politique. En disant ça: on fait le sérieux. Donc si on est dans un parti, la famille doit nous suivre ? Où est donc la liberté de choix ? En même temps que j’écrivais ce texte, un mec discutait avec un taximan. La cause ? Aucune cause. Peut-être s’est-il mal réveillé ? Réveillé du mauvais pied. Ou avec un troisième pied gonflé sans moins de dégonfler. Moi, je voulais dire au mec que j’étais un dégonfleur. Mais je me suis dis: ce ne sont pas mes onions.

Donc, j’ai continué à la boucler quoi. Comme toujours, parce que si on dit que on va parler de tout là, on risque de finir avec dépression. Les fous sont parmi nous hein. Peut-être que même celui qui écrit cette chronique est un fou. C’est comme ça ici.

On a tous des minutes de folies.

D’autres dépassent même 5 minutes de folie. D’autres font que 5 minutes au lit. Après ça crie au respect. Comment on peut te respecter si tu ne fais pas ton devoir de maison. Si tu n’as pas fait bien tes devoirs de maison, tu n’auras pas le droit de parler avec classe.

A LIRE >>  Hommage à Djeli Sory KOUYATÉ, grand maître du balafon

Tu ne pourras pas parler en classe. Tu ne pourras que te taire. Ici, le gouvernement même n’a jamais fait ses devoirs de maison. Mais il ne se tait pas…il parle, parle et parle. Il parle d’érection machin, d’éjaculation machin dans des isoloirs machin. Aucune vraie opposition. D’ailleurs, opposition, c’est le nom d’un mec. Il est clair, chétif et a une foule. C’est lui qui dit: sortons.

C’est lui qui se fait rester chez lui avec force. Même sa bonne, on l’interdît d’aller au marché. Y a que son photographe qu’on laisse dépasser la haie barricadée de force de déviances et de sec-irrités. Histoire de prendre photo et mettre sur Facebook et Twitter. Ce pays hein. I have a drame not comme Martin.

@Elhadj Ousmane BALDE

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.