« Il y a des opposants mais nous poursuivons le dialogue » (Christian Buchel)

[ad_1]

LA TRIBUNE – Le congrès de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) s’est conclu hier. Comment Enedis contractualise-t-elle avec les territoires, propriétaires des réseaux électriques ?

CHRISTIAN BUCHEL – Dès décembre 2017, nous avons construit, avec la FNCCR et l’association d’élus France Urbaine, un nouveau modèle de contrat de concession qui intègre tous les enjeux de la transition énergétique. Dans le cadre de ce partenariat, nous avons engagé la renégociation de l’ensemble des 470 contrats de concession. Nous avons en outre vingt-cinq directions régionales et 38.000 collaborateurs sur le terrain pour intégrer les enjeux spécifiques des collectivités, et en particulier leurs attentes en matière de schéma d’investissement.

Si nous voulons réussir collectivement la transition énergétique et répondre à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), nous nous devons de rendre cela possible à des coûts acceptables pour les consommateurs. A ce jour, la dynamique est bien enclenchée. Nous avons déjà signé 120 nouveaux contrats, que ce soit avec les métropoles de Dunkerque ou de Nice, à Toulon (Var) ou dans de nombreux départements dont le Calvados.

Mais comment vous assurez-vous que toute la France soit couverte en électricité, y compris au lendemain de catastrophes naturelles qui sont de plus en plus fréquentes avec le dérèglement climatique ?

Ces contrats de concession nous le permettent. Les schémas nous engagent sur des plans d’investissement qui tiennent compte tant de l’historique du territoire que de sa géographie (montagne, zone exposée au vent…). Etant un opérateur industriel national qui développe des expertises en France et en Europe, nous développons des stratégies industrielles qui nous permettent d’être résilients, et s’appuyant sur un plan d’investissement à l’horizon 2035.

A LIRE >>  Dialogue politique : l’expression hypocrite d’une volonté à laquelle on ne croit pas (Etienne Soropogui)

C’est ce qui nous donne aussi la capacité d’intervenir quand il y a des événements climatiques majeurs. Nous avons par exemple instauré la force d’intervention rapide d’électricité (FIRE), qui mobilise, en quelques heures, les expertises pour intervenir, y compris en solidarité avec tous les territoires, notamment les outre-mer.

Et à l’heure de la révolution numérique qui peut laisser des consommateurs au bord du chemin, comment convainquez-vous du bien-fondé du compteur Linky qui continue de faire débat tant auprès des particuliers que des élus ?

C’est l’un des socles de la République : la péréquation entre tous les Français. En zone urbaine comme rurale, le client bénéficie du même traitement. C’est-à-dire que vous soyez dans un bureau à La Défense ou à Saint-Bertrand-de-Comminges en Haute-Garonne.

Nous avons déjà installé près de 22 millions de compteurs Linky, mais au-delà des chiffres, nous poursuivons le dialogue. Certes il y a des opposants, mais nos agents de terrain ainsi que les soixante-huit fournisseurs d’électricité avec qui nous travaillons nous disent que nos concitoyens s’intéressent  »activement » à la maîtrise de leurs consommations.



[ad_2]
Copyright Source link

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.