A LA UNELibre opinion

Initiative pour l’établissement de l’Observatoire Guinéen de l’Internet et de la Liberté d’Expression

Création d’un Observatoire Guinéen de l’Internet et de la Liberté d’Expression : un appel à l’action crucial

La Guinée est confrontée à des interruptions fréquentes d’Internet, à des restrictions sur les réseaux sociaux et à des violations systématiques de la liberté de la presse, telles que le brouillage des ondes radios. Ces actions menacent sérieusement la liberté d’expression et l’ancrage démocratique du pays. Face à l’inaction de la Haute Autorité de la Communication, préférant jouer un rôle de censeur des médias plutôt que de protecteur des journalistes, la création d’un Observatoire Guinéen de l’Internet et de la Liberté d’Expression représenterait un pas incontournable vers la préservation de ces libertés essentielles.

Cette initiative vise à rassembler la société civile, les médias, les entreprises impactées, les institutions internationales représentées en Guinée telles que les Nations unies et européennes, ainsi que les associations de consommateurs. Ensemble, ces acteurs joueraient un rôle crucial dans la surveillance, la documentation et la réaction face aux perturbations récurrentes touchant Internet et les transmissions radio, par exemple.

Au cœur de cette réflexion se trouve la liberté d’expression, un pilier fondamental de toute société démocratique. Cette liberté est étroitement liée à la disponibilité et à l’accès sans entrave à l’information, éléments que les coupures d’Internet et le brouillage des fréquences radio entravent significativement. La création de cet Observatoire se justifie ainsi par la nécessité de préserver ce droit essentiel.

L’Observatoire, s’il voit le jour, assurerait un rôle multifacette crucial. Tout d’abord, il serait chargé de surveiller et de documenter les violations de la liberté d’expression, incluant les interruptions d’Internet et les restrictions sur les médias. Cette mission cruciale impliquerait la collecte minutieuse de données pour constituer une base de preuves robuste concernant les atteintes aux droits fondamentaux.

A LIRE >>  90 jours d’obscurité numérique en Guinée : une répression à huit clos (TLP-ISF)

En parallèle, il agirait comme une voix forte, menant des actions de plaidoyer et de sensibilisation. L’observatoire chercherait à sensibiliser les citoyens, les autorités et les institutions internationales sur l’importance vitale de ces droits, mettant en lumière les conséquences des restrictions pour la société guinéenne.

De plus, il s’engagerait dans un dialogue constructif avec les autorités pour résoudre ces problèmes, tout en exerçant une pression diplomatique et publique pour garantir le respect des droits civiques. Parallèlement, des programmes éducatifs et de formation seraient initiés afin de renforcer la compréhension des citoyens sur leurs droits en ligne et de les outiller contre les violations potentielles.

Enfin, l’observatoire servirait de plateforme collaborative, favorisant la coopération entre la société civile, les médias, les entreprises impactées, les institutions internationales et d’autres parties prenantes. Cette synergie renforcerait les actions collectives pour protéger la liberté d’expression et l’accès à Internet, façonnant ainsi une société guinéenne plus démocratique et résiliente face aux enjeux numériques contemporains.

Les médias, au sein de cet Observatoire, assumeraient un rôle crucial dans la collecte rapide et précise des informations sur les interruptions d’Internet et les interférences radio. Leur capacité à documenter ces incidents serait fondamentale pour sensibiliser le public et témoigner des atteintes à la liberté d’expression. En diffusant ces informations, ils élèveraient la conscience collective sur ces enjeux essentiels.

Une fois l’Observatoire établi, les médias pourraient servir de porte-parole déterminant pour défendre les droits numériques et la liberté d’expression. Leur participation active renforcerait sa capacité à informer, représenter et sensibiliser le public. Ils joueraient ainsi un rôle crucial dans la défense et la promotion des droits fondamentaux liés à la liberté d’expression et à l’accès à l’information.

L’implication des institutions internationales présentes en Guinée, telles que les Nations Unies et les organisations européennes, reconnaissant Internet et la liberté d’expression comme des droits humains fondamentaux, renforcerait la légitimité de l’initiative sur la scène internationale. apportant ainsi un soutien en matière de normes et de bonnes pratiques. Cette assistance aiderait à résoudre les questions liées au financement, à l’indépendance et à la coopération entre les parties prenantes, garantissant ainsi l’efficacité et la durabilité de l’Observatoire.

A LIRE >>  La Direction d’Espace TV est mise en demeur de cesser la diffusion de ses programmes sur la chaine TELESUD sur le bouquet Canal+.

Leur expertise et leurs ressources pourraient contribuer à la formation et au renforcement des capacités des acteurs locaux impliqués dans l’Observatoire, offrant des conseils stratégiques basés sur les meilleures pratiques observées dans d’autres régions du monde confrontées à des défis similaires.

En outre, l’engagement des associations de consommateurs ajouterait une dimension supplémentaire en mettant l’accent sur les besoins et les droits des utilisateurs finaux. Leur contribution essentielle consisterait à relayer l’impact concret de ces restrictions sur la population guinéenne. En s’engageant ainsi, elles assureraient la prise en compte des préoccupations et des expériences des citoyens guinéens dans l’élaboration et le fonctionnement de cet Observatoire. En préservant un accès continu à Internet et en protégeant la liberté d’expression, ces organisations joueraient un rôle crucial dans la promotion d’une société plus ouverte et démocratique.

En conclusion, la création d’un tel observatoire en Guinée s’avère cruciale pour protéger les droits fondamentaux des citoyens. L’implication des institutions internationales, des médias, des associations de consommateurs et d’autres parties prenantes renforcerait sa légitimité et son impact. En garantissant la liberté d’expression et un accès ininterrompu à Internet et aux médias, cet observatoire contribuerait à créer une société guinéenne plus démocratique et inclusive.

Libre opinion par Mohamed Mara

PAR CONAKRYLEMAG.COM

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.