A LA UNELa Plume à JacquesLibre opinion

La campagne pour le Conseil National de la Transition est en cours. La bataille risque d’être rude pour les 81 places identifiées dans la charte.

La campagne pour le Conseil National de la Transition est en cours. La bataille risque d’être rude pour les 81 places identifiées dans la charte. Tout le monde ne peut pas y être. Tout le monde n’y sera pas. Et cette course effrénée aux postes de responsabilité devrait se faire comme d’habitude. Avec les mêmes méthodes. Les démarches nocturnes au près de ceux qui peuvent aider à avoir des postes. Les bœufs et moutons sont égorgés en signe de sacrifices pour le bonheur tant attendu. Les faiseurs de chefs sont ces leaders d’organisations diverses qui seront directement contactés pour envoyer leurs représentants.

Les jeunes ne savent pas sur qui jeter leur dévolu. Ils s’expriment en faveur de ceux qu’ils connaissent et contre ceux qu’ils détestent foncièrement. Pour le moment, personne ne sait d’où proviendront les représentants des jeunes. Les structures qui existent s’apparentent à des organismes professionnels. Le cœur de cette jeunesse qui bat sans ventricules, fonctionne anormalement. Il a suffit qu’on propose de lui accorder cinq places au CNT pour que la jeunesse montre sa fébrilité. Aucune organisation de jeunesse de la société civile n’est assez représentative pour porter la voix de l’ensemble des guinéens de la tranche 15-35 ans.

Les jeunes ne se reconnaissent majoritairement en des actions d’aucun d’entre eux. Chacun ne se reconnaît qu’en des actions de son ami et de celui qui s’est montré gentil à son égard. Voilà pourquoi, l’arbitrage du CNRD sera nécessaire. S’il faut passer par l’évaluation des dossiers, des compétences et des actions palpables, il ne faudrait pas hésiter un seul instant. Les jeunes guinéens ne sont pas moins corrompus que les anciens. D’ailleurs ils apprennent bien à les ressembler. Partout où ils se trouvent, ils aident leurs grands à tricher et ils viennent les défendre sur les réseaux sociaux. Sinon le débat actuel et le plus important pour les jeunes il me semble, est d’obliger les dirigeants de la transition à déclarer leurs biens.

A LIRE >>  Luc Joël GREGOIRE était dans les locaux du Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage la semaine dernière.

Ce n’est pas seulement chez les jeunes que ça risque de barder. Les organisations de la société civile aussi, tremplin pour certains guinéens malins qui n’ont pas le courage d’assumer leurs choix politiques. Ils existent, ils veulent la chefferie et ils adorent les chefs. Ils vivent dans les organismes pour cela, mais ils se cachent dans des discours flous, inintelligibles et fourbes. Ils sont connus pour leur politique politicienne au nom d’une société civile qui n’existe que pour des petites causes mercantiles.

Chez les politiques, nous n’attendons aucune surprise. Ils vont se chamailler comme d’habitude et quelque soit le temps, ils ne trouveront pas de consensus. Les grands partis écraseront les plus petits. Les plus petits viendront se plaindre dans les médias et puisque cela ne donnera rien, ils deviendront des aigris pour la transition. Quoi qu’il en soit, la bataille de l’heure ne vise pas à rendre les choses meilleures, mais à les rendre plus compliquées, pour permettre aux tricheurs habituels de continuer à vivre sur le dos du contribuable. En clair, ceux qui se battent pour aller au CNT ont à cœur l’argent.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.