A LA UNELibre opinion

La mort de Roger Bamba a ému et indigné plus d’un guinéen.

La mort de Roger Bamba a ému et indigné plus d’un guinéen. Beaucoup ont pointé un doigt accusateur sur un certain communicant du parti au pouvoir et dénoncé les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires notamment la Maison Centrale de Conakry. Mais il faut dire que cet établissement est comme tous les établissements du genre en Afrique. Les conditions de vie des détenus n’y sont pas celles que les droits de l’hommistes comme les avocats pénalistes auraient souhaité. Il convient donc d’aller au-delà de la dénonciation de la surpopulation carcérale et des conditions exécrables de détention dans les maisons d’arrêt et de correction. Tout le monde connaît ces conditions. Il faut s’interroger aussi et surtout sur la tendance de certains juges d’instruction à recourir systématiquement à la détention provisoire. Beaucoup de juges d’instruction oublient très souvent que le principe, c’est la liberté et l’exception , la détention, l’exception. Ils placent sous mandat de dépôt des citoyens même lorsque cette mesure n’est pas nécessaire. Cela se constate très souvent dans les dossiers à connotation politique. Certains juges sont prêts à renier leur serment dès lors qu’ils ont en charge des dossiers qui intéressent l’Exécutif. Ils se soumettent à toutes sortes d’injonctions mêmes les plus contraires à la loi pour ne pas perdre leur fonction et les avantages y afférents.

A LIRE >>  Le combat des esclaves mauritaniens !

 

Dans le dossier Roger Bamba, il aurait été possible, à défaut d’un classement sans suite, d’obtenir qu’il reste en liberté jusqu’au terme de la procédure ouverte contre lui. Mais un juge d’instruction en a décidé autrement comme c’est le cas très souvent. Or, comme l’a soutenu le Président de l’INDH, il n’est pas nécessaire de placer en détention un inculpé (mis en examen) lorsque les conditions de la détention ne sont pas réunies. C’est cela que dénoncent tous les jours les avocats. Il est heureux que ce soit le Président d’une institution constitutionnelle qui dénonce cette fois-ci le recours abusif à la détention provisoire.

 

Par me Mohamed Traoré avocat

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications OK Non merci.