Cherif Bah vice président de l'UFDG
Cherif Bah vice président de l'UFDG

La volonté des jeunes de l’UFDG de revenir aux manifestations place au cœur du débat le rôle de la justice dans un État de droit.

Au cours de la dernière assemblée générale virtuelle de l’UFDG, les jeunes du parti par la voie de leur premier responsable, ont exigé la reprise des manifestations. Celles-ci viseraient à protester entre autres contre la fermeture sans motif du siège et du quartier général du parti et l’interdiction injustifiée de sortie du territoire national imposée à certains de ses responsables dont le premier d’entre eux.

La volonté des jeunes de l’UFDG de revenir aux manifestations place au cœur du débat le rôle de la justice dans un État de droit.

Pour obtenir la réouverture de ses locaux, la fin des atteintes à la liberté d’aller et de venir de ses responsables, l’UFDG a utilisé les voies de droit en privilégiant toujours la saisine des juridictions. Mais celles-ci se sont toujours déclarées incompétentes à connaître de ce litige. Or, dans une société, tout litige devrait avoir un juge pour ne pas que la justice privée prenne le dessus.

En Guinée, on constate que toutes les fois que la justice ne veut pas vraiment « se mouiller » en examinant le fond d’une affaire, elle se déclare incompétente ou déclare irrecevable la demande dont elle est saisie. Elle se limite donc aux questions de forme.

A LIRE >>  Guinée : La facture de la bêtise par Elhadj A². Soumah.

Au regard de ces nombreux déboires judiciaires, on peut penser que c’est en désespoir de cause que les jeunes de l’UFDG demandent aujourd’hui la reprise des manifestations qui sont ainsi perçues comme le seul recours qui leur reste.

C’est dire que dans un pays, la défaillance de la justice peut être source de frustrations et donner lieu à des actions dont on aurait pu faire l’économie. Si les jeunes de l’UFDG font le constat qu’ils ne peuvent pas obtenir gain de cause par voie judiciaire, ils estiment n’avoir plus d’autre choix que le recours aux manifestations. Il reste à espérer que le droit constitutionnel de manifester de l’UFDG sera respecté. C’est qui n’est pas très sûr.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.