votre espace publicite 2018

« C’est très satisfaisant de voir un décret pareil être pris pour rompre avec ce système de renvois ou de laxisme », dixit Mohamed CAMARA

« C’est très satisfaisant de voir un décret pareil être pris pour rompre avec ce système de renvois ou de laxisme », dixit Mohamed CAMARA
VOTRE NOTE

Depuis la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle par la cour constitutionnelle, après quelques semaines passé a l’étranger, le président Alpha Condé veut  se montrer décisif.

Le système administratif de la Guinée est au point mort. De retour sur intransigeant. Par un décret lu sur les antennes de la télévision nationale, il démet le ministre de l’intérieur, le secrétaire  général des affaires religieuses et son adjoint  pour  « faute lourde ».

Pour les uns le président sonne la cloche pour annoncer la fin de la recréation, et, pour d’autres c’est tout à fait le contraire. Sur les ondes d’une radio de la place ce vendredi Mohamed Camara explique la cause de la lenteur de l’administration Guinéenne.

Pour le juriste, « il n’y’a pas de commentaire à cela vu que le président dispose du pouvoir réglementaire général. Sauf qu’en gérant un pouvoir on doit savoir que le pouvoir est très éphémère, les hommes passent et l’administration reste ».

« C’est très satisfaisant de voir un décret pareil être pris pour rompre avec ce système de renvois ou de laxisme alors qu’il y’a une  situation  qui se trouvait sur le terrain depuis pratiquement un an ».

A la question de savoir si vraiment l’administration tourne aux ralentie le juriste répond « c’est un constat évident. Mais il faut se poser la question de savoir  le pourquoi, Est ce que c’est parce que l’investiture n’est pas encore faite ?ou bien c’est la politisation a haute tranche de l’administration? »

Pour Mohamed Camara, « le fait que le principe de la neutralité de service public est constamment violé, cela résulte de deux choses: soit de sa non application par refus ou simplement par excès dans son application. L’un dans l’autre c’est  cela qui justifie cette situation ».

« Il faut que les gens sachent quand on est membre de l’administration, on doit faire preuve de neutralité. Mais des lors que vous voyez un simple directeur ou un chef de section […] prendre sa photo pour afficher sur la photo du président de la république ça ne se fait pas. C’est la conséquence de donner la priorité à une sorte de nomination sans passer par une question de compétence et de mérite sinon l’administration ne serait pas arrêtée », explique-t-il.

A LIRE >>  Lansana Kouyaté. Un ballon bien gonflé (au propre comme au figuré) qui flotte au gré de ses illusions et qui est en permanence sous la menace d’une toute petite aiguille qui le ramènera à terre

Plus loin, « il y’a des pays où il a eu crise au sommet de l’Etat pendant dix huit mois, l’administration à fonctionner. Il faudra un plan de carrière de manière à ce que tous ceux qui vont assumer des postes de responsabilité au niveau technique puissent savoir une fois que vous êtes introduit au niveau d’un système, tel nombre d’années vous allez atteindre tel niveau ».

 

Boubacar Diallo 664 23 76 93 pour conakrylemag.com

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

L'information en continu

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.