Le Directeur Général de l’institut Nationale d’assurance Maladie Obligatoire a accordé une grande Interview exclusive avec le service des langues Nationales de la RTG.

Le Directeur Général de l’institut Nationale d’assurance Maladie Obligatoire a accordé une grande Interview exclusive avec le service des langues Nationales de la RTG.

Lisez plutôt !
1. Peut- on savoir ce que c’est que l’INAMO ?
L’Institut National d’Assurance Maladie Obligatoire (INAMO) est un organisme parapublic chargé de couvrir les risques liés à la maladie, à la maternité et aux accidents non professionnels des Agents publics de l’Etat et de leurs ayants droit et créé par décret 064/PRG/SGG du 31 mars 2014.
Il assure la prise en charge sanitaire des agents publics tant en Guinée que dans certains pays en Afrique en attendant son opérationnalisation effective.
Pour réussir sa mission de prise en charge, l’INAMO met en place des conventions de partenariat avec certaines structures de soins localement comme à l’étranger.
2. Monsieur le DG d’où est partie l’idée de la création de votre institut (l’Institut National d’Assurance Maladie Obligatoire) ?
L’idée est partie du Mouvement syndical, qui depuis l’avènement de la 3ème République avec à sa tête le Professeur Alpha CONDE, a formulé, dans leur cahier de charge du 1er Mai, l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs de tous secteurs confondus.
Dans ce cahier de charge, les questions relatives à la protection sociale sont apparues comme des préoccupations prioritaires à la fois du Gouvernement et des représentants des travailleurs auxquelles il était urgent d’apporter des solutions idoines.
Les résultats issus des consultations entre le Gouvernement et les partenaires sociaux ont abouti à l’élaboration d’un Protocole d’accord qui a été présenté le 14 décembre 2012 au Président de la République.
C’est ainsi que le Chef de l’Etat, soucieux du manque de la couverture des risques sociaux des Agents Publics, a envisagé la création de deux structures de Protection sociale telles que consignées dans le Protocole d’accord de négociation. Ce sont :
– L’institut National d’Assurance Maladie Obligatoire (INAMO) qui couvre les risques maladie, maternité et accidents non professionnels des Agents Publics de l’Etat et leurs familles ;
– La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale des Agents de l’Etat (CNPSAE), quant à elle couvre les risques professionnels, les allocations familiales et les branches de pensions.
3. Quelles sont les missions assignées à l’institut ?
L’INAMO a pour missions de :
• Couvrir les risques liés à la maladie, à la maternité et aux accidents non professionnels des Agents Publics et de leurs ayants droit.
• Assurer le recouvrement et l’enregistrement des cotisations de ses assurés (Agents Publics de l’Etat) qui sont les fonctionnaires, les contractuels permanents, les contractuels des Collectivités locales et les retraités ;
• Effectuer, après vérification de la validité des factures et des droits aux prestations, les paiements aux prestataires de soins conventionnés, d’actes médicaux et de services de soins fournis en faveur de ses bénéficiaires ;
• Organiser et diriger le contrôle médical en matière de soins et d’application de la tarification des actes tels que définis dans les conventions avec les prestataires des soins de santé agrées auprès de lui ;
• Mettre en œuvre, en appui au ministère en charge de la santé, les actions de prévention, d’éducation et d’information de nature à améliorer l’état de santé des bénéficiaires ;

  1. Quelles sont les catégories de personnes couvertes par votre institut ?
    Les personnes couvertes sont les Agents publics de l’Etat qui sont :
A LIRE >>  MDB-INFO: Présentation du Système d’Administration Fiscale Guinéenne (SAFIG) aux cadres de la Présidence de la République et de la délégation de la Banque Mondiale

– Les fonctionnaires de l’Etat ;
– Les contractuels de la fonction publique ;
– Les contractuels des collectivités locales ;
– Les retraités de la fonction publique.

  1. Quelles sont les conditions de prise en charge de vos assurés à l’INAMO ?
    Pour être pris en charge par l’INAMO, il faut :
    • Être Agent Public de l’Etat, Contractuels des Collectivités locales et retraités du secteur public ;
    • Être immatriculé à l’INAMO ;
    • Être à jour de ses cotisations ;
    • Présenter la carte d’assurance maladie ;
    • Payer le ticket modérateur.
    Dans le cadre de l’assistance que nous faisons maintenant à travers les subventions allouées par l’Etat, et ce, en attendant l’opérationnalisation effective, pour être pris en charge, il faut fournir un certain nombre de documents tels que :

– La demande de prise en charge adressée au Directeur Général de l’INAMO à travers son Ministère de Tutelle comprenant :
 L’acte d’engagement à la fonction publique ;
 La fiche d’enrôlement biométrique ;
 Les trois derniers bulletins de salaire ;
 Le rapport médical délivré par le médecin traitant ; etc.

  1. Depuis la création de l’Institut, sur quelle base fonctionne-t-il ? et quelles sont les ressources financières de l’Institut ?
    Depuis sa création, le Gouvernement supporte seul les budgets de fonctionnement et de prise en charge sanitaire des fonctionnaires malades nécessitant une évacuation sanitaire à l’étranger de l’INAMO qui permettent de prendre en charge les frais de soins médicaux des Agents Publics localement et à l’étranger.
    Les ressources financières de l’INAMO sont principalement

– Les cotisations de l’Etat Employeur ;
– Les cotisations des fonctionnaires, des contractuels
– Les cotisations des retraités de la fonction publique ;
– Les subventions de l’Etat
– Les dons et legs,….

  1. Depuis la création de l’Institut, peut – on savoir combien de personnes ont-elles bénéficié de la prise en charge à l’étranger ou localement

En 2016, un décret portant transfert de crédits budgétaires à l’INAMO qui était précédemment alloué au Ministère de la santé, a permis de fournir des prestations de prise en charge médicale à certains travailleurs du secteur public. Nous pouvons citer comme performance depuis 2017, la prise en charge locale de près de 486 agents publics à l’Hôpital de l’Amitié Sino-Guinéenne, à l’hôpital ANAIM de Kamsar et dans certaines structures sanitaires privées de Conakry.
 Évacuation sanitaire à l’étranger,
Dans le cadre des évacuations sanitaires à l’étranger, il faut noter que près de 170 agents publics ont bénéficié des soins de santé en Tunisie, au Maroc et en Algérie.
Les malades ayant reçus des soins à l’étranger sont sortis très satisfaits des prestations qui leurs ont été offertes gratuitement par l’Etat à travers l’INAMO et ont apporté des témoignages sur la qualité des soins reçus au niveau de nos partenaires. Ces témoignages ont fait un bon écho dans le pays et contribué au renforcement de la visibilité de l’INAMO.

  1. Quels sont vos défis et perspectives pour l’opérationnalisation effective de l’INAMO ?
    Parlant des défis à relever, il y a :
    • Le recouvrement des cotisations auprès de l’Etat employeur, des fonctionnaires et contractuels mais aussi des Collectivités locales et des travailleurs retraités du secteur public ;
    • L’adhésion de toutes les parties prenantes pour un comportement responsable vis à vis de l’assurance maladie,
    • La consolidation du système d’assurance maladie par la maitrise des risques et l’efficience des moyens et méthodes,
    • Le renforcement de la gouvernance pour garantir une gestion rigoureuse et transparente.
    Ce qui nous tient vraiment à cœur, c’est l’opérationnalisation de l’INAMO à travers :
    • L’élaboration d’une loi instituant le régime d’assurance maladie obligatoire en République de Guinée ;
    • Acquisition d’un terrain pour la construction du siège et d’un centre polyvalent de diagnostic médical et de soins spécialisés ;
    • Élaboration d’une nomenclature générale des actes et des services médicaux et chirurgicaux en collaboration avec le Ministère de la santé ;
    • La mise en place d’un système d’information permettant la digitalisation de tout le processus à travers l’acquisition d’un logiciel performant de gestion intégrée de l’Assurance maladie et tout l’équipement informatique nécessaire y afférent ;
    • L’immatriculation des Agents publics et leurs ayants droit et les retraités ;
    • La mise en place des agences régionales ;
    • L’effectivité de l’assurance maladie obligatoire comme étape vers la Couverture Maladie Universelle.
    • Accompagnement des structures sanitaires dans l’amélioration de la qualité de soins aux assurés.

  2. Quels messages avez – vous à l’endroit des Syndicats, des fonctionnaires et du gouvernement pour l’opérationnalisation effective de votre structure ?
    Je voudrais rappeler que conformément aux conclusions du protocole d’accord de négociations tripartite de décembre 2012, l’Inter-Centrale CNTG/USTG en collaboration avec les structures syndicales à la base ont mené une campagne d’information et de sensibilisation des fonctionnaires, des contractuels permanents de l’Etat, des contractuels des collectivités locales ainsi que des retraités depuis le 26 décembre 2020 sur les missions assignées aux deux (02) institutions de protection sociale que sont l’Institut National d’Assurance Maladie Obligatoire (INAMO) et la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale des agents de l’Etat (CNPSAE).

A LIRE >>  Des militants des droits humains, des journalistes et des opposants du monde entier ont été espionnés

Cette campagne a connu un succès éclatant au niveau des différentes cibles dans les chefs-lieux des régions administratives du pays et a permis de démontrer leur adhésion massive. Celle-ci a pour objectif de donner aux travailleurs, les informations essentielles et pertinentes sur le fondement et l’intérêt des deux structures sociales afin de les amener au paiement des cotisations. Comme vous le savez, ces structures, pour être opérationnelles ont besoin de moyens financiers importants reposant naturellement sur ces cotisations qui sont à la fois patronales et salariales leur permettant d’assumer les missions qui sont les leurs.

Pour finir, le message que j’adresse à vos téléspectateurs et particulièrement aux Fonctionnaires et autres Agents publics est que la mise en place de l’assurance maladie obligatoire n’est qu’un rappel du cri de cœur du mouvement syndical répété dans leur cahier de doléances chaque année que le Chef de l’Etat, le Professeur Alpha CONDE a entendu et pour ce faire, a rapidement réagi pour créer l’institut et cette prise en charge est une forme de diminution des charges de famille pour les Agents publics qui sont nos assurés.
Avant de terminer, je lance un appel à l’endroit des partenaires sociaux (syndicats) de sauvegarder cet acquis social qui passe nécessairement par le paiement des cotisations dans les jours ou mois à venir.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.