A LA UNELes perles de sankara

L’enflure s’est juste contentée d’un SMS.

Tanatè ? Et les Forces spéciales ? Mon bailleur vient d’augmenter le loyer. Et cela de façon très salée. Il n’a pas pitié, cet enfoiré. Pour me l’annoncer, l’enflure s’est juste contentée d’un SMS.

Il ne s’est même pas fichu de venir me voir vis-à-vis, certainement de peur que je ne lui crache mes quatre vérités en plein visage. Comme un vulgaire terroriste, il s’est cagoulé derrière son bigophone pour me faire le sale coup. La couleuvre n’a pas été aussi simple à avaler.

Pourquoi donc sont-ils si méchants, les bailleurs? Je n’en reviens pas. Et pourtant, aucune augmentation de salaire n’est annoncée nulle part. Le nouveau pouvoir de Doumbia est plus préoccupé à autre chose que de revoir le coût des loyers. Ce qui n’empêche pas mon bailleur d’en faire à sa tête. En fait, il n’a rien compris, et ne comprendra jamais rien. Tout ce qui l’intéresse, c’est du fric. Quand je me suis renseigné auprès de mon voisin qui a reçu le même message d’augmentation, j’ai tout compris. A la vérité, le bailleur ne veut ni se conformer à la logique, encore moins engager des travaux pour rendre notre cadre de vie plus agréable. Le salopard veut simplement changer sa Mercedes pourrie. Pour ce faire, il n’a trouvé mieux à faire que d’augmenter le loyer du seul bien immobilier que son malheureux père lui a laissé en héritage. Nous sommes devenus ses vaches à lait. Sauf que cette fois-ci, ça ne passera pas avec moi. S’il le faut, j’irai habiter jusque dans la commune de Bizarreville, pour échapper à cette enflure. Je ne peux plus continuer à me saigner pour cet enfoiré sans pitié.

A LIRE >>  Le ministre des Infrastructures et des Transports, M. Yaya Sow, a présidé ce matin le lancement de l’atelier de restitution de l’évaluation finale du projet d’Appui au Secteur des Transports (PAST)

Si je paie le loyer avec un tiers de mon salaire alors que le deuxième tiers est d’office prélevé par le banquier pour boucher les nombreux trous de mes crédits sans fin, il ne me reste plus rien. Enfin, il ne me reste plus qu’à déguerpir de cette foutue ville cruelle. Je rentre au village.
J’en partirai en début de semaine pour n’y retourner qu’à la fin. Pour ne plus avoir à payer de loyer, de courant et d’eau, je vais passer toute une semaine continue au bureau. Avec bagage et lit picot. Tanatè ?

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.