A LA UNELes perles de sankara

LES FAITS. C’est une constante évidente sur Facebook. Dès que vous émettez un avis…

LES FAITS. C’est une constante évidente sur Facebook. Dès que vous émettez un avis basé sur des faits, des gens accourent pour vous opposer une logorrhée savante. Il se trouve qu’on ne peut pas s’affranchir des faits, et vouloir comprendre les tourments du monde.
 
Pourquoi nous menons tous ces débats? L’Ukraine, c’est à des milliers de kilomètres de la Guinée. Les combats dans le Dombass, peu de gens parmi les Guinéens peuvent dire où c’est le Dombass. On peu dire que la durée d’une transition est ce qui nous préoccupe plus directement. Mais pour que la Guinée puisse faire les bons choix conformes à ses intérêts, il lui faut d’abord comprendre le monde.
 
Et dans cette recherche des bons choix, on ne peut s’affranchir des faits prouvés et attestés. C’est ce qui importe aux yeux de l’historien. Les mots, les humains ont toujours su trouver des justifications à leurs actes. Quelques exemples que tout le monde peut aller vérifier.
 
On ne dit pas qu’on s’en va éventrer un pays pour lui prendre ses richesses. On dit qu’on va chercher la toison d’or, le saint graal, ou d’autres sottises du genre. On dit qu’on va porter la parole de Dieu. Et c’est valable pour toutes les religions. Or on sait que la religion a souvent servi de prétexte.
 
Aujourd’hui encore, des bandits se cachent derrière le paravent de la religion pour commettre leurs méfaits dans nos pays.
 
On ne dit pas qu’on va piller un continent. On dit que ce sont des presque-humains qui ne sont pas rentrés dans l’histoire, des grands enfants, et qu’on a le devoir d’aller les civiliser. Des livres existent qui parlent de « L’histoire des peuples sans histoire ». Vous avez bien lu. Nous sommes des peuples sans histoire, aux yeux des académiciens bardés de diplômes et croulant sous le poids des décorations.
 
Nous parlons aujourd’hui une langue qui a été imposée à coups de canon et de sabre. C’est un fait que personne ne peut discuter. Les récits des guerres de conquête coloniale existent. Il suffit d’aller les chercher, de s’asseoir et de les lire.
 
Pour leur renier aux afro-americains leurs droits, les USA ont voté des lois de ségrégation. Ces lois existent. Aujourd’hui encore, on peut les lire. C’est un fait historique attesté. Ce n’est pas un vague sujet de discussion. Martin Luther King, ce n’est pas une invention. Le combat de Malcolm X, ce n’est pas une invention.
 
Pourquoi je veux comprendre la lutte des afro-americains? Si je dois représenter la Guinée devant une délégation ou une institution des USA, il me faut comprendre toutes ces choses. Je dois voir ce qu’il y a dans le regard de cet ambassadeur qui me parle.
 
Les mots des uns et des autres, il est important de les étudier. Pour entendre ce qui a été dit, et aussi entendre ce qu’on a évité soigneusement de me dire. Or si je ne connais pas les faits, je ne peux pas percevoir ce qu’on me cache. Il y a des cabinets savants pour apprendre aux hommes publics ce qu’ils doivent dire, comment le dire, et à quel moment le dire.
Quel général aurait l’idée étrange d’aller au combat sans armes?
 
En affrontant le monde sans une connaissance fine des faits historiques, je fais exactement comme ce général de théâtre. Un penseur à dit que « Dieu a donné la parole à l’homme, pour lui permettre de masquer sa pensée ».
Les faits. Les faits seulement. Le reste en sus. Sinon, nous partons battus. Nous partons battus, car non seulement nous partons sans savoir, et on vient s’asseoir en face de gens qui nous ont étudiés à fond.
Inspiration : mon jeûne.
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook
A LIRE >>  Le pouvoir ne change pas l'homme, il permet juste de mieux le faire connaître

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.