Accueil » Les perles de sankara (page 4)

Les perles de sankara

Je ne sais pas mentir. C’est plus fort que moi.

Abdoulaye Sankara

Quand j’avais 25 ans, après être passé imam des étudiants, pasteur dans une église protestante de mon quartier, même si Mahomet et le charpentier, je veux dire Jésus, ne m’ont pas apparu, j’ai décidé de ne plus mentir. C’est pourquoi, j’ose aujourd’hui, du haut de mon bonus d’âge que je consomme, vous dire que l’égoïsme a gagné du terrain, surtout ...

Lire la suite...

Conakry, avec toutes les gos qui circulent lors des foires et autres événements, l’on se demande où elles se cachent les autres jours

Abdoulaye Sankara

. Il est vrai qu’il ne faut pas avoir confiance à une femme le 24 ou le 31 décembre, les jours de fête ou de mariage (elles sont toutes jolies). Ce qui fait que je ne sais plus à quels… seins me vouer. Pris dans le tourbillon de gonzesses qui me harcèlent pour que je les amène faire des emplettes ...

Lire la suite...

Pendant les vacances, cette petite armée de morpions vient s’ajouter à tous les autres pauchards et suceurs de riz

Abdoulaye Sankara

A bas les vacances. Pas parce que chez moi la maisonnée est en vacances, mais y a trop de problèmes, j’en ai marre de faire des cadeaux. Chaque année, c’est le même manège. Les nièces, les neveux et les petits cousins défilent dans ma cour. Les gamins s’entachent comme des rats morts. Ils n’ont pas un rond. Les vacances sans ...

Lire la suite...

On dit généralement que « la peur du gendarme est le début de la sagesse ».

Abdoulaye Sankara

En tout cas la peur de l’homme en tenue militaire. Mais vu ce qui se passe actuellement, il faut plutôt avoir peur de l’homme en tenue militaire, si on veut vivre longtemps. C’est quand même terrible. L’insécurité a atteint des proportions inquiétantes à cause des bandits qui braquent maintenant même en plein jour. Ceux qui étaient sensés nous secourir se ...

Lire la suite...

Si je suis aigri, il y a plusieurs raisons.

Abdoulaye Sankara

C’est vrai qu’il y a mon voisin, le pondeur d’idioitisme qui fait attention à tout ce qui se passe dans ma maisonnée, mais ce n’est pas ça seulement. J’ai besoin de cadre de vie décent à la maison comme au maquis. Il y a des fois où j’en viens à rêver de prendre ma boisson sur une belle table de ...

Lire la suite...

Saperlipopette, quand j’y pense j’aurais mieux fait d’être athlète que journaliste.

Abdoulaye Sankara

Au moins, j’aurais eu une chance d’échapper à la pauvreté. Comme ces athlètes guinéens, il y a quelques années. Je suis jaloux. Invités en Italie pour les jeux olympiques, ces petits malins en ont profité pour rester là-bas. Adieu, Guinée ! Ils ont sans doute eu marre de tout ce qui nous tracasse ici. Ras-le-bol de la pollution et des ...

Lire la suite...

Et pourtant, Dieu seul sait que j’ai besoin de calme. Un peu de calme !

Abdoulaye Sankara

On ne s’entend plus dans cette bonne vieille ville. Il y a trop de boucan et de nuisances sonores. Aujourd’hui, après la prière du vendredi, je comptais bien dormir seulement. Vu que toute la maisonnée est en vacances, je voulais profiter un peu, pas de cris d’enfants ni de casseroles tympanisantes. Je suis seul. Les yeux fermés, le corps lourd ...

Lire la suite...

Le Conakryka est dur quoi !

Abdoulaye Sankara

L’autre jour, en flairant les traces encore fraîches d’un poulet grillé dans la cité de Mathurin, ma voiture m’a conduit dans un carrefour. En passant devant une porte, j’ai cru lire, rouge sur noir, « Docteur Soumah, Ancien interne des hôpitaux bonyina sagui, vétérinaire spécialiste des hémorroïdes ». Un affabulateur ! Ou en face de la gare-voiture (pas gare-voiture d’avion) de Bambéto, ...

Lire la suite...

Aujourd’hui j’ai envie de foutre le camp.

Abdoulaye Sankara

Même si c’est pour aller en Afghanistan aider les Américains. Les Américains sont comme moi : ils n’ont pas de copains. L’autre jour, je suis parti la fleur au fusil pour légaliser une pièce. Nous étions trois dans le bureau des légalisations : un mec qui finissait ses formalités, un gars qui sentait mauvais la cigarette et après c’était mon ...

Lire la suite...