A LA UNELibre opinion

Libre opinion: A MONSIEUR LE MINISTRE DE LA JUSTICE, CHARLES WRIGHT

A MONSIEUR LE MINISTRE DE LA JUSTICE, CHARLES WRIGHT

Pour commencer, permettez moi d’exprimer le respect que j’ai pour le juge que vous avez été sous le régime de Alpha CONDÉ.

Quand vous avez été nommé procureur général, la presque totalité des Guinéens ont approuvé cela. Moi j’avais dit que cette nomination n’était pas forcément une bonne idée, qu’elle était purement politique et faite pour vous transformer, vous faire perdre votre indépendance.

Ma crainte s’est confirmée au fur et à mesure de votre exercice de la fonction de procureur.

Je vais juste citer quelques exemples :

1-Vous avez menacé de faire revenir au pays des Guineens vivants à l’extérieur, et qui profèrent des injures ou incitent à la haine ou à la violence.

Il s’agissait là de menaces en l’air, vous saviez pertinemment, que techniquement, c’est extrêmement difficile à réaliser. Puisque votre volonté de le faire se heurtera aux jurisprudences des pays d’accueil de ces Guinéens, des jurisprudences qui interdisent l’expulsion ou l’extradition vers des pays monstres tel que le nôtre où les personnes à extrader risquent leur vie ou peuvent se faire torturer ou subir de l’arbitraire.

Vous saviez cela , mais vous avez proféré en conscience des menaces que vous ne pouvez pas exécuter, or, dire ce qu’on ne peut pas faire est la meilleure manière pour un dirigeant de se décrédibiliser face à une population.

2-L’affaire Aboubacar SOUMAH dans le studio des GG:

C’était vous encore à la manœuvre, vous avez chauffé le procureur de la république, Abdoulaye POGOMOU de poursuivre Mr SOUMAH.

Finalement, les juges n’ont pas suivi le procureur.

3-L’affaire blakoro de Djani Alpha:

C’était encore vous à la manœuvre. Là encore, les juges du fond vous ont désavoué. Vous avez voulu créer une tempête dans un verre d’eau.

A LIRE >>  Urgent Nous venons d'apprendre l'arrestation de Monsieur Etienne Soropogui après son départ de FIM FM

Monsieur le Ministre,

Votre nomination en tant que ministre a été une vraie opération de sauvetage d’un procureur qui était entrain de se noyer lentement mais sûrement, c’est vraiment pour vous sauver que le Colonel vous a nommé Ministre, vous pouvez lui en être reconnaissant.

Aujourd’hui, vous êtes ministre de la justice. Si vous continuez à faire des bourdes comme quand vous étiez procureur, le Colonel vous sauvera en vous nommant où encore ?

J‘ai lu le communiqué de la jeunesse KONIA de notre pays, juridiquement parlant, il n’y a rien dans ce communiqué qui soit passible de poursuite judiciaire.

Si nous prenons ce même communiqué , nous l’exportons en France, et nous changeons juste le titre « coordination nationale de la jeunesse konia », en mettant par exemple « Coordination de la jeunesse africaine en France », ou « Coordination de la jeunesse juive en France »…, aucun procureur, aucun Préfet ou Maire ou Ministre, ne bougera le petit doigt

Si nous exportons ce même communiqué aux USA, et nous changeons juste le titre « Coordination de la jeunesse konia » en mettant « Coordination des associations noires aux USA », aucune autorité américaine ne trouvera un mot à dire.

Pourquoi ? Parce que l’appartenance à une communauté n’est pas un délit, exprimer une revendication communautaire n’est pas un délit, indexer une préoccupation communautaire n’est pas un délit.

Dans le communiqué de la coordination de la jeunesse konia , il n’y a aucune incitation à la haine ou à la violence contre une quelconque communauté.

Le ton du communiqué n’est pas courtois, le ton est ferme, on aurait voulu une revendication générale à la place d’une revendication spéciale, mais juridiquement, il n y a rien ici de passible de poursuites judiciaires.

A LIRE >>  Le CNRD sait qui, par désenchantement, est passé subitement de partisan, à virulent opposant.

Monsieur le ministre,

Dans votre communiqué, vous dites que la coordination formule « des menaces à peine voilées ». D’accord, mais des menaces à faire quoi?contre qui?

Dans votre communiqué, vous saisissez « les juridictions compétentes ». Aucune juridiction ne sera compétente pour poursuivre ce genre de communiqué pour de si peu , tant que la liberté d’expression sera consacrée dans nos textes.

Monsieur le ministre,

Vous ne pouvez pas tout poursuivre, vous donnez l’impression d’être obsédé par la surveillance, le contrôle total des faits et actes de nos concitoyens.

Vous ne pouvez pas transformer tout comportement d’un citoyen en infraction passible de poursuite.

Monsieur le ministre,

On a l’impression depuis un moment, que vous utilisez le droit pour effrayer les non juristes, d’ailleurs, cela se remarque quand vous vous exprimez: vous haussez le ton, vous menacez, vous invoquez toutes sortes de dispositions légales et réglementaires, et quand le non juriste entend cela, il pense qu’il y a quelque chose de consistant, alors que c’est purement du bluffe, du pipeau intégral

Monsieur le ministre,

Calmez vous un peu, votre autorité ne se mesure pas au nombre de poursuites, laissez vos subordonnés faire leur travail sans être en permanence sur leur dos avec des communiqués de menaces contre x ou y.

Faites du yoga chez vous pour retrouver un peu de sérénité.

Monsieur le ministre,

Vous êtes une bonne personne, vous avez la volonté de bien faire, mais l’agitation et le zèle vont vous nuire.

Un philosophe dont j’ai oublié le nom disait « La mesure est la plus grande merveille au monde » donc soyez mesuré Monsieur le ministre.

JJR (le papa de AMI)

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications OK Non merci.