A LA UNENouvelle des Régions

Ma petite contribution dans l’histoire de Dubréka (Paul Théa)

Ma petite contribution dans l’histoire de Dubréka

 

J’ai un peu connu l’histoire de Dubréka en deux périodes :

La première est quand je fais la vidéo de l’histoire de la Guinée avec les informations prises sur le site officiel de la Guinée, c’était au temps du Président Lansana Conté.

Il est di dans le texte que « le 20 Janvier 1880 l’ile de Tombo est placée sous protectorat Français par le Roi de Dubréka, cette démarche visait à échapper à l’influence Anglaise grandissante dans la région ». Ce qui montre que Conakry était bien dans le royaume de Dubréka.

 

Pour la seconde fois, il y a deux ou trois ans, je formais des guides touristiques et nous avions effectué deux voyages à Dubréka et à Boffa pour mettre la théorie en pratique. 

A Dubréka, un jeune étudiant (sur la photo avec la casquette, je ne me souviens plus du nom), avait raconté ce qu’il savait de l’histoire de Dubréka. J’avais effectivement tout filmé mais malheureusement tout mon studio fut volé et ces images avec. Je suis incapable de restituer ces informations, je m’en excuse.

 

Par contre, je peux vous dire qu’il y a un port négrier à Dubréka. Le guide nous montre où les esclaves étaient entassés avant d’être vendus. Le bâtiment en ruine est sous un grand fromager.

Nous avons visité les ruines de l’écluse sur le fleuve (je ne me souviens pas du nom du fleuve).

Une écluse est une espace limitée par des portes munies de vannes et destiné à retenir ou à lâcher l’eau, ce qui est destiné à faire passer des bateaux aux changements de niveau. 

A LIRE >>  Guinée CNRD au pouvoir, résumé de la journée du samedi, 13 novembre 2021

A côté de l’écluse, il y a un lieu où on pesait les esclaves selon notre guide.

Je m’étais longtemps posé la question de ce port négrier est loin de la côte maritime. Au fur et à mesure de mes recherches sur la Traite négrière, je suis arrivé à trouver certaines réponses.

Entre 1808 et 1810, l’Angleterre annexa les Iles de Loos (l’Ile de Room. Kassa, Tamara…)qui devinrent Britanniques. Il y avait bien une influence Anglaise dans la région et c’est pour contre carrer cette influence que le Roi de Dubréka céda l’Ile de Tombo (Kaloum) aux Français en 1880.

 

En 1810, les parlements Anglais et Américains votèrent une loi contre l’entrée sur leurs territoires des esclaves venant d’Afrique. Et un an plus tard, ils votèrent une autre loi qui autorisa des navettes à faire des patrouilles pour intercepter tous les bateaux qui transportaient des esclaves. Les navires Anglais qui faisaient des patrouilles le long des côtes qui sont aujourd’hui guinéennes, avaient leur base sur les Iles de Loos. 

Les navires Anglais ne vont plus se contenter de patrouiller que les eaux internationales comme la loi le disait, le Gouverneur de la Sierra Leone qui commandait ces navires, va leur donner l’autorisation d’aller à l’intérieur des territoires. Le Rio Nunez dans la région de Boké et le Rio Pongo dans la région de Boffa connurent ainsi la visite des navires. 

 

Ce qui constituait une jurisprudence, le Gouverneur de la Sierra Leone va se comporter comme si le Rio Nunez et le Rio Pongo étaient des territoires Britanniques. Très rapidement les factoreries le long des côtes comme Bakia chez les Gomez et Kissing chez les Curtis, vont vite arrêter de vendre des esclaves ; alors que celles de Sagna Paulia, Babgalan et Farinya vont continuer à le faire parce que les navires Anglais ne pouvaient pas y accéder pour patrouiller.

A LIRE >>  Première visite de terrain du ministre de la sécurité et de la protection civile, Bachir DIALLO, à l'école nationale de police de kagbelen

De ce fait, un port négrier à Dubréka était à l’abri. Les bateaux pouvaient y entrer, avoir le temps de prendre leurs cargaisons et attendre le moment propice pour prendre la mer.

L’accès de l’Angleterre et l’Amérique étant pratiquement impossible d’accès, ces bateaux ravitaillaient les Antilles, la Jamaïque et Cuba.

 

Je sais que le Rio Nunez et le Rio Pongo furent des grands centres de la Traite Négrière (j’ai des documents), j’ai des notes qui disent que Tanènè fut un grand marché de vente des esclaves puisse les caravanes y passaient. 

 

Pour finir, le journaliste Tonton Odilon Théa m’a dit que Dubréka était dans le royaume de Soumbouya, si cela est prouvé, c’est dans celle localité que résida Betsy Hard, le plus puissante négrière avant Nyara Beli de Farinya.

Pour l’instant je n’ai pas de document sur Dubréka pour parler de l’ampleur de la traite négrière dans la localité.

Paul Théa

Photos : Mes étudiants au Port de Dubréka, le guide dans la salle de regroupement des esclaves et des photos de l’écluse.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.