votre espace publicite 2018

Nawa Damey : Il ne pourra jamais avoir antagonisme ou scission entre Mano et Guerzé

Nawa Damey : Il ne pourra jamais avoir antagonisme ou scission entre Mano et Guerzé

« Il ne pourra jamais avoir antagonisme ou scission entre Mano et Guerzé. Nous ne connaissons même pas l’origine de ce qui nous unit ».

 

L’Association Mazo qui signifie littérairement ‘’cœur des Manon’’ compte organiser samedi 25 juillet 2015, une manifestation pour dit-on soutenir les actions du président de la République. Depuis des jours, des voix continuent de se lever à N’zérékoré pour dénoncer ce qu’on appelle de « manœuvres politiciennes pour diviser les différentes communautés de cette région ».

 

Face au climat tendu dans la région, présent dans la capital de la Guinée Forestière notre confrère Facely Konaté de Guinéenews a tendu son micro au gouverneur de la région administrative de Kankan, Nawa Damey, qui séjourne actuellement à N’zérékoré dans le cadre de cette festivité. Lisez !

 

Depuis quelques jours, vous séjournez à N’zérékoré. Dites-nous dans quel cadre se situe cette visite ?

 

Nawa Damey : C’est une visite familiale s’il faut le dire ainsi. Je suis venu apporter ma contribution à une initiative de mes frères, des fils de la région qui ont demandé cela. Il s’agit de reconnaitre les actions du président de la République en faveur des populations de cette région. Donc, je pense avoir une certaine expérience en la matière et quand des frères me demandent de me mettre à leur disposition que ça soit dans ce cadre ou une autre situation je me porte volontaire et disponible. Je suis là pour cela. Que ça soit une belle fête sans fausse note.

 

Pour cette manifestation, nous apprenons assez de choses. Est-ce que vous avez invité les autres communautés de la région ?

 

Nawa Damey : Mazo a invité tous les groupements et associations de ce type pour apporter leur assistance. Parce que c’est un événement que l’association voudrait régional et pourquoi pas national. Je pense que les autorités ont tenu compte de tout cela et ont demandé l’implication de toutes les forces de la région. Mais je ne peux pas me déterminer car je ne suis pas organisateur.

 

Les rapports entre l’association Mazo et le patriarche de  N’zérékoré seraient tendus en ce moment. Dites-nous ce qui se passe exactement.

 

Nawa Damey : Bon ! Je pense que ce sont de très bons rapports qui existent entre cette association et le bureau des sages. Je sais qu’il m’a été conté qu’au début, l’initiative avait été très mal comprise de telle sorte que le patriarche en personne avait demandé à l’association de venir et de donner des explications. Ce qui a été fait et l’entente a été scellée. Et aujourd’hui, avec la bénédiction du patriarche, cette manifestation aura lieu.

 

Vous les cadres Manon êtes accusés aujourd’hui de cautionner ce qu’on appelle de scission des communautés de la Forêt. Qu’en dites-vous ?

 

Nawa Damey : C’est celui qui peut mettre la différence entre Manon et Guerzé qui peut dire où on peut créer une contradiction. Pour la petite histoire, tous ceux qui sont Zogbélémou et Haba à N’zérékoré sont d’origine Manon. Les Lamah de Gouécké sont d’origine Mano.

Moi-même, je ne peux pas vous dire si je suis totalement Mano ou Guerzé. Ce sont deux sociétés qui sont tellement imbriquées que rien ne peut les dissocier. Ce sont des gens qui veulent créer la confusion et pour des desseins que nous ne connaissons pas, sont en train de répandre cette rumeur.

Il ne pourra jamais avoir antagonisme ou scission entre Mano et Guerzé. Nous ne connaissons même pas l’origine de ce qui nous unit. Donc, ce n’est pas une personne ou la politique qui va nous diviser. Rien ne peut diviser ces deux sociétés. Je m’inscris en faux contre ces accusations et je lutte de toutes mes forces pour combattre ceux qui sont en train de répandre de telles informations.

 

Qu’est-ce qui amène donc les Manon à organiser cette manifestation ?

 

Nawa Damey : Encore une fois, il s’agit de l’association Mazo. Ce sont des fils de la communauté Manon bien sûr qui ont vu qu’il y a eu tellement de mouvements de soutien en faveur du président et dans toutes les préfectures ont décidé aussi de témoigner leur reconnaissance vis-à-vis de ce monsieur qui aujourd’hui, sans démagogie, pose des actes incontournables.

Et je lance un appel à toutes les autres communautés de la Forêt qui savent que le président a fait des efforts louables dans cette région de s’inscrire dans cette logique.

Ça n’a aucun dessous ni un autre caractère et nous voulons que le président continue ce travail pour les cinq (5) prochaines années. Il y a eu des mouvements de ce genre même à Labé, réputée fief de l’opposition. Alors pourquoi pas à N’zérékoré ? C’est une tempête dans un verre d’eau.

 

Lors de la dernière rencontre entre les deux communautés chez le patriarche, quelqu’un a dit : « Laissez-nous manger l’argent du gouvernement en place ». Qu’est-ce que cela voudrait dire ?

 

Nawa Damey : Vous-même vous connaissez cette personne. Elle parle souvent pour détendre l’atmosphère. C’est un monsieur qui aime faire rire. C’était une façon de dire aux gens, laissez-nous apporter notre soutien au président de la République.

On n’est pas là pour manger l’argent du président. Nous nous avons été traités de tous les noms possibles. Des choses qui nous ont touchés jusqu’à notre fort intérieur parce qu’on nous a accusés d’avoir reçu de l’argent du président de la République et qu’on aurait distribué dans les localités pour inciter les gens à s’opposer entre eux.

Mais je pense que cela est vérifiable. Aucun village ne peut dire que moi j’ai donné de l’argent. On veut simplement opposer ces deux communautés.

 

Nous sommes à la veille de cette manifestation de Mazo, quel est le message  vous voulez livrer aux populations qui s’inquiètent aujourd’hui ?

 

Nawa Damey : Je voudrais que cette population continue à œuvrer comme d’habitude dans le cadre du maintien de la paix et de la quiétude sociale à N’zérékoré et dans les autres villes de la région.

C’est ce que nous voulons et il faut qu’on tire les leçons de ce qui se passe ailleurs. Il ne faudrait pas que les gens se lèvent pour attiser des tentions là où il ne faut pas. Je voudrais enfin inviter tout le monde à venir soutenir cette initiative de Mazo.

Entretien réalisé par Facely Konaté

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *