A LA UNEEDITO

Ousmane Gaoual Diallo : « L’internet, un luxe plutôt qu’un droit… »

Ousmane Gaoual Diallo : « L’internet, un luxe plutôt qu’un droit… »

Dans les couloirs du pouvoir à Conakry, le discours officiel sur la liberté d’expression et l’accès à l’information prend des allures de comédie tragique. Ousmane Gaoual Diallo, le porte-voix du gouvernement guinéen, a récemment livré une performance digne d’un mauvais acteur de théâtre, en abordant la question brûlante des restrictions d’accès aux réseaux sociaux. Lors d’un point presse, ce jeudi 30 novembre 2023, le ministre des Postes, Télécommunications et de l’Économie Numérique a tenté de justifier l’injustifiable. Voici le décryptage d’un discours qui frôle l’absurde.

La restriction des réseaux sociaux : un non-droit selon le gouvernement

« Internet n’est pas un droit », clame haut et fort Ousmane Gaoual Diallo, comme si l’accès à l’information était un privilège réservé à une élite. Selon lui, le pays ne dispose que d’un unique câble sous-marin pour se connecter au reste du monde, une excuse qui semble aussi fragile que ce fameux câble. « Il faut assumer certaines positions », ajoute-t-il, comme pour nous convaincre que couper l’accès à l’information est une décision responsable.

La liberté de la presse, un concept à géométrie variable

Le ministre s’attaque ensuite à la liberté de la presse, cette « liberté importante dans la démocratie », mais qui, selon lui, doit être assortie de responsabilités. Il critique ouvertement les médias qui, selon lui, se permettent de juger les actions de la justice. « Quand quelqu’un est inculpé, il est présumé innocent. On ne le commente pas », martèle-t-il, ignorant apparemment le rôle de la presse dans la surveillance du pouvoir et la défense des libertés publiques.

A LIRE >>  Solidarité Sectorielle en Guinée: L'Appel à la Grève de la FSPMCICA Soutient le Mouvement Syndical

La violation flagrante des droits fondamentaux

Ce que M. Diallo semble oublier, c’est que fermer l’accès à Internet et aux réseaux sociaux constitue une violation flagrante du droit à la liberté d’expression. Ce droit est protégé par l’article 19 de la Charte de la Transition, l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), et l’article 9 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples. La Guinée, en tant que signataire de ces traités, se doit de respecter ces engagements.

Le ministre, un coupeur d’Internet et brouilleur de signaux

Il est ironique de constater que le ministre, qui devrait être le garant de l’accès à l’information et de la liberté d’expression, se transforme en un véritable « coupeur d’Internet » et « brouilleur de signaux » des radios. Cette situation est d’autant plus absurde que l’Internet est aujourd’hui reconnu comme un droit fondamental, essentiel à l’exercice de nombreuses autres libertés.

Conclusion : Un discours déconnecté de la réalité

En somme, le discours de M. Diallo est un mélange de déni et de mépris pour les droits fondamentaux des citoyens guinéens. Il reflète une vision archaïque et autoritaire du pouvoir, où l’accès à l’information est considéré comme un luxe plutôt qu’un droit inaliénable. Dans un monde où l’information est le pilier de la démocratie, de telles pratiques ne peuvent être que vivement critiquées et condamnées. Il est temps que le gouvernement guinéen se rende à l’évidence : couper l’Internet, c’est couper le peuple de son droit à savoir, à comprendre et à participer activement à la vie de sa nation.

A LIRE >>  La Guinée Post-Coup d'État : Enjeux, Défis et Perspectives.(Tribune)

Dramé Ibrahima pour conakrylemag.com

PAR CONAKRYLEMAG.COM

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.