La solution la plus réaliste serait donc de tourner la page et de repartir de zéro ?
LE FEU PRESIDENT LANSANA CONTE
(FILES) File picture showing outgoing Guinean President Lansana Conte, representing the ruling Party of Unity and Progress (PUP), waving to supporters 12 December 1998 during his final campaign rally in Conakry. Lansana Conte decreed a "state of siege" ,12 February 2007, ordering the army to take measures to avoid a "civil war," in a televised address following violent protests against his rule. Unions threw their weight behind opposition calls for Conte, who suffers from diabetes and is rarely seen in public, to resign after he angered them with his choice of a new prime minister. AFP PHOTO SEYLLOU/FILES (Photo credit should read SEYLLOU/AFP/Getty Images)

La solution la plus réaliste serait donc de tourner la page et de repartir de zéro ?

Dans une émission radiophonique, un activiste de la société civile a affirmé que les Guinéens doivent accepter de passer l’éponge sur les délits économiques commis sous le régime du Général Lansana Conté.

Cette position s’explique par le fait qu’à cette époque l’impunité était la règle et que “plus on volait, plus on était récompensé”. Cela veut dire, selon lui, qu’aucun des acteurs politiques actuels (opposition et mouvance présidentielle confondues) qui ont eu à gérer les biens publics par le passé n’a les moyens propres.

Ce sont des arguments fondés mais contre-productifs.Il est difficile en effet de poursuivre actuellement un homme politique pour enrichissement illicite sans poursuivre d’autres encore pour les mêmes motifs.Autrement, ce serait du “deux poids, deux mesures “. La solution la plus réaliste serait donc de tourner la page et de repartir de zéro.

Cette solution risque cependant d’être inefficace. En effet, les pratiques qui caracterisaient les années Conté sont encore en cours. Les détournements de deniers publics, la corruption, la surfacturation, bref l’enrichissement illicite n’a pas disparu. En cas de changement de régime, on pourrait encore dire qu’il faut tirer un trait sur le passé et prendre des mesures pour le présent et pour l’avenir. On risquerait ainsi d’être dans une situation d’eternel recommencement.

Par ailleurs, ceux qui ont commis hier des délits économiques ne peuvent être poursuivis aujourd’hui sans qu’on ne parle de chasse aux sorcières et ceux qui commettent les mêmes délits aujourd’hui ne pourront être poursuivis demain sans qu’on ne parle de chasse aux sorcières. C’est l’argument le plus facile pour se mettre à l’abri de poursuites pénales. Surtout,dans les cas, lorsqu’ils sont à la tête de partis politiques d’opposition.
En fin de compte, on se demande comment on pourrait un jour lutter efficacement contre les délits économiques dans notre pays.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Manifestation en Guinée

Les forces de sécurité guinéennes ont tué au moins huit personnes, dont trois enfants

(New York, 23 octobre 2020) – Les forces de sécurité guinéennes ont tué au moins …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !