Un homme suspecté d'être mort du virus ebola, gît sur le sol le 21 août 2015 à Conakry | AFP/Archives | CELLOU BINANI
Un homme suspecté d'être mort du virus ebola, gît sur le sol le 21 août 2015 à Conakry | AFP/Archives | CELLOU BINANI
Meilleure Vente n° 1
Fire TV Stick 4K Ultra HD avec télécommande vocale Alexa...
  • Le plus puissant des sticks lecteurs multimedia en streaming, avec une nouvelle...

Des chercheurs américains ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola, grâce à l’analyse du sang d’un survivant de la maladie. Publiée dans la revue Cell, cette découverte pourrait potentiellement ouvrir la voie aux premiers vaccins contre cette infection.

Alors qu’il n’existe pour le moment ni vaccin, ni traitement commercialisé pour prévenir ni soigner le virus Ebola, des chercheurs américains ont découvert un anticorps riche de promesses.

L’épidémie d’Ebola la plus étendue a fait plus de 11 000 morts sur les 29 000 personnes infectées entre 2013 et 2016, dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest. Le problème de la lutte contre cette infection est que si les anticorps qui ciblent et neutralisent des agents pathogènes et des toxines sont aujourd’hui considérés comme les traitements les plus prometteurs, la plupart de ces thérapies ne sont efficaces que contre une seule souche d’Ebola.

Ainsi, l’antiviral le plus avancé pour combattre Ebola, appelé « ZMappTM », un cocktail de trois anticorps, ne cible que la souche Zaïre du virus mais se révèle sans effet contre les souches du Soudan et du Bundibugyo.

Trouver une thérapie efficace

Le but est donc de trouver une thérapie efficace contre tous les souches connues du virus. La découverte publiée dans Cell constitue « un pas important pour atteindre ce but » estime justement Kartik Chandran, professeur d’immunologie à la faculté de médecine Albert Einstein à New York, un des principaux auteurs de cette étude.

Ces chercheurs ont pu déterminer que sur les 349 anticorps isolés dans le sang d’un survivant de l’infection lors de la dernière épidémie, deux pouvaient bloquer toutes les souches connues du virus Ebola dans des cultures de tissus humains en laboratoire.

Les deux anticorps en question ont protégé des souris et des furets qui avaient été exposés à des doses mortelles des trois principales souches d’Ebola. Une découverte qui a déjà permis de créer un cocktail de ces anticorps actuellement testé sur des animaux de plus grande taille.

Ces dernières avancées devraient accélérer le développement de vaccins contre Ebola.

(Avec AFP)

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook


Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !

conakrylemag
Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Franck Paris, un nouveau « M. Afrique » à l’Élysée

Previous article

Victime d’un accident ferroviaire en 2012, une jeune policière en appelle à la bonne foi des autorités

Next article

Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.