A LA UNEHumour

UN DIMANCHE DE PUTSCH SUR FACEBOOK…

UN DIMANCHE DE PUTSCH SUR FACEBOOK…

 

Dimanche dernier, Kaloum est réveillé par les bruits de balles, et Facebook aussi. 

 

Entre fausse sérénité qui cache mal l’inquiétude et une fausse inquiétude mal emballée dans un linceul d’espoir, partisans et opposants au régime sont sur le pied de guerre.

 

 La presse calfeutrée chez elle arbitre ce classique en jouant les journalistes d’investigation de salon « Ça tire à Kaloum », titrait-elle, entre fébrilité et circonspection.. 

 

Mais à l’heure de Facebook l’information n’est plus un monopole. C’est donc aux alentours de 9h que les premières vidéos amateurs commencent à faire le tour des Inbox . 

 

En effet, « ça tire à Kaloum » . Ça tire vraiment, ça tire clairement et ça tire lourdement même .

 

Les réseaux sociaux s’emballent. 

 

 » LA SITUATION EST SOUS CONTRÔLE » priaient-ils !

 

D’un côté on tente de rassurer par des très convenus et sans cesse rabâchés.« la situation est sous contrôle, vaguer à vos occupations » qui ressemble plus à des prières qu’à la réalité de la situation.

 De l’autre côté , c’est la prudence qui domine. Sans doute par peur de se taper une énième honte. Car des situations de ce genre en Guinée finissent toujours par s’arranger. Et puis d’ailleurs on ne sait pas qui tirent et pour quels motifs .

 Toutefois on prend les devants pour se couvrir d’un autre « complot » dont l’objectif serait d’en faire porter le chapeau à une opposition déjà bien mal en point, dans l’ultime intention de la liquider définitivement. Machiavel n’est jamais loin . 

 

Mais vers 11h, il y a comme un trou, un vide. On dirait bien que la situation est vraiment sous contrôle. D’autant plus que certains annoncent un ratissage en cours à Kaloum, histoire de sécuriser le lieu. La cause semble donc entendue . L’affaire est pliée… Place aux représailles. Ça va saigner! 

A LIRE >>  Urgent: Des coups de feu très nourris retentissent au centre-ville de Conakry depuis 8h05.

 

Mais cette fois-ci a quelque chose de particulier. Ce calme apparent n’a été que de courte durée, quand aux environs de 12h 30 une bombe explose … Dans les Inbox . C’est une vidéo . On y voit un homme , grand, teint noir, s’appuyant vigoureusement sur une rambarde en bois et flanqué de part et d’autres de deux militaires aux visages dissimulés , et prononçant gaillardement des mots d’un discours qui laisse clairement entendre qu’il y a eu coup d’état. Stupeur ! 

 

Mais une nouvelle fois la prudence est de mise . A l’heure des fake news ( des fessenews, comme dirait Nelson Mandela) , ce n’est pas suffisant. Surtout que certains font croire que c’est une vidéo qui a été préenregistrée, mais que les putschistes ont été anéantis par les forces loyales au pouvoir.  

 

Sauf qu’à ce moment là, aucune source n’est vraiment plus crédible que l’autre, tout le monde est susceptible d’avoir la bonne information… ou la fausse. Alors chacun laisse libre cours à ses envies et à son imagination. Les spéculations atteignent leur rythme de croisière… Mais elles vont très vite dégénérées quand, tel le deuxième avion du 11 septembre, une deuxième déflagration se produit. Une deuxième vidéo, toujours dans les Inbox. Elle apporte une pièce de plus à ce qui est en train vraiment de ressembler à un coup d’état . 

 

Dans cette autre vidéo, on voit un jeune soldat, naïf et bienveillant, tentant de soutirer quelques mots d’un vieil homme, affalé dans un canapé, l’air hagard et qui semble se demander ce qui lui arrive sur le moment . Le vieil homme revêt étonnement les traits d’Alpha Condé, le locataire du palais. Les choses se précisent. 

A LIRE >>  5+1 = 5. 1 kg offert par tranche de 5 kg achetés. Sur le prochain départ 30 Août Conakry - Europe.

Il semble qu’il y ait quelque chose de vraiment inhabituelle de cette fois-ci. L’inquiétude des uns se mesure à l’espoir des autres. 

 

A partir de là les choses s’accélèrent. Photo après photo, vidéo après vidéo , le doute est assiégé. D’autant plus que les premiers journalistes déconfinés seront des renforts de poids à la victoire de la vérité . 

 

La tendance s’est inversée :  » LE CONTROLE EST SOUS SITUATION » 

 

Coup sur coup, il y a la déclaration solennelle à la RTG, la photo de Moussa moise, les mouvements de foule et autres manifestations de joie dans les rues… les émissions de « Kpakpatoyage » improvisent des directs. 

 

Du doute il n’en reste plus que des traces que seul le temps pourra faire disparaitre. Il y a bel et bien coup d’état. Le pouvoir a changé de main, les communicants du RPG ont déjà commencé leur réversion. Les plus citations philosophiques sont de sortie . Le FNDC jubile. Les Inbox se déversent sur les murs… malgré tout il reste des zones d’ombres sur ce qui s’est passé. Beaucoup de zones d’ombres. 

 

Néanmoins une page vient de se tourner, le temps, seul juge fiable de l’histoire rendra son verdict. 

Une nouvelle page de l’histoire tumultueuse de la Guinée s’ouvre. Elle est grave, mais bordée d’espoir.

Quoiqu’il en soit cette date dimanche 5 septembre est entrée dans l’histoire du peuple 28 septembre. En espérant qu’elle soit le début d’une marche triomphale pour ce peuple .

Par khareman

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.