latribune

Un Pacte Bordeaux Durable lancé à l’approche des municipales

    0
    Un Pacte Bordeaux Durable lancé à lapproche des municipales - Un Pacte Bordeaux Durable lancé à l'approche des municipales
    Mode nuit

    [ad_1]

    L’entrepreneur Nicolas Pereira et un groupe d’une dizaine de profils lancent leur « Pacte Bordeaux Durable » à quelques mois des élections municipales de mars 2020. La plateforme mise en ligne aujourd’hui doit leur permettre de mettre en débat plusieurs idées concrètes autour de l’urgence écologique et d’en récolter de nouvelles auprès de la population.

    « Nous mettrons l’ensemble à la disposition des candidats et nous leur demanderont de signer ce Pacte, puis nous créerons un baromètre chargé de mesurer mois après mois l’avancée des chantiers impulsés par le prochain maire », indique à La Tribune Nicolas Pereira, arguant d’une « démarche au-delà des logiques partisanes ».

    Si besoin était, le sondage publié par La Tribune et réalisé par Elabe la semaine dernière a consacré la protection de l’environnement comme un enjeu central des prochaines élections municipales. Les sondés ont placé ce sujet en tête de leurs préoccupations, et donc de leurs attentes vis-à-vis du prochain maire.

    « La prise de conscience collective de l’urgence climatique, notamment dans les centre-villes est aujourd’hui plus que d’actualité. Les jeunes en particulier se mobilisent pour demander aux responsables politiques et économiques d’agir concrètement pour la planète. Grèves et marches des jeunes pour le climat, feuilleton médiatique autour des prises de position de Greta Thunberg, émergence du mouvement Extinction Rébellion… La société bouge et se mobilise. Les élections municipales de mars prochain sont une opportunité pour nos élus de se saisir de cette urgence en sortant des paroles creuses et en construisant au niveau local la ville de demain, fortement engagée face à l’urgence climatique et environnementale. Car soyons clairs, nous n’avons plus le temps d’attendre. Sans politique publique ambitieuse pour le climat, sans mise en synergie des projets environnementaux portés par des entrepreneurs au cœur de nos villes, sans un profond renouvellement des idées, il sera trop tard« , indique ce nouveau collectif mené par l’entrepreneur bordelais Nicolas Pereira.

    Ce jeune dirigeant est le fondateur de la plateforme de financement participatif bordelaise Solylend et créateur du World Impact Summit, sommet international des solutions pour la planète. Le collectif a pour ambition de jouer le rôle d’agitateur d’idées dans les prochains mois, « dans une démarche transpartisane« . Concrètement, cette initiative prend la forme d’une plateforme d’idées (accessible ici) lancée dès aujourd’hui. Les créateurs de ce Pacte Bordeaux Durable vont progressivement mettre en ligne six « actes » déclinés en plusieurs propositions qui ne demandent qu’à être enrichies en idées concrètes par les internautes. « Nous voulons rester dans du concret et axer les travaux autour des solutions à même de créer une véritable résilience des villes face à l’urgence climatique« , précise Nicolas Pereira. Les deux premiers actes sont déjà publiés, les autres suivront d’ici janvier 2020 :

    • « Bordeaux la ville jardin », qui comprend par exemple la végétalisation du quartier de Mériadeck transformé en poumon vert urbain
    • « Bordeaux capitale européenne du développement durable », avec pour objectif une « attractivité durable. Les entreprises sont souvent désignées comme le problème, nous voulons au contraire transformer Bordeaux en territoire économique à impact économique positif, avec des exigences claires« 
    • « Bordeaux ville facile et respirable », articulée autour des enjeux de la mobilité notamment
    • « Bordeaux ville propre et zéro déchet » à horizon 2030
    • « Bordeaux ville inclusive » pour résorber la fracture énergétique et accélérer la rénovation thermique des logements tout en favorisant l’usage des énergies renouvelables, notamment dans le logement social
    • « Bordeaux, une ville et sa jeunesse », dans laquelle on trouve la volonté de sensibiliser les jeunes générations à la nature, via notamment la création d’un potager dans chaque école.

    Obtenir des candidats « des engagements concrets plutôt que des promesses »

    Les candidats n’ont pas attendu ces derniers jours pour dérouler leurs pistes environnementales. A commencer par les écologistes qui ont lancé leur propre Appel de Bordeaux en juin dernier et appelé la société civile à le signer. Le maire actuel Nicolas Florian veut développer des solutions au niveau de la ville et de la métropole, le Marcheur Thomas Cazenave entend doubler les espaces verts à Bordeaux, le non-encarté Vincent Feltesse imagine un grand emprunt vert d’un milliard d’euros pour financer de nouveaux projets environnementaux… Comment cette nouvelle initiative peut-elle être audible au milieu de cette agitation ?

    « Nous portons une initiative non politique, proposant des solutions concrètes et des objectifs clairs que nous mettons à la disposition des candidats pour mener une véritable transition écologique et sociale, répond Nicolas Pereira. L’idée n’est pas de construire un mouvement fermé mais de leur proposer de signer, en janvier prochain, un Pacte co-construit et co-signé avec les citoyens qui les engagera à mener une politique écologique et durable ambitieuse. Nous leur demanderons de réaliser au moins 50 % du Pacte. Un baromètre de l’action climatique sera ensuite mis en place pour suivre, mois après mois, l’avancée des chantiers et le respect des engagements pris. »



    [ad_2]

    Copyright Source link


    conakrylemag Magazine
    Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ...

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    You may also like

    More in latribune