Un poème touchant. La femme de l'ex-maire de Ratoma Souleymane Taran Diallo toujours inconsolable.
Mme Diallo N'nah Djéinab Sylla

Un poème touchant. La femme de l’ex-maire de Ratoma Souleymane Taran Diallo toujours inconsolable.

Un poème touchant. La femme de l’ex-maire de Ratoma Souleymane Taran Diallo toujours inconsolable. Mme Diallo N’nah Djéinab Sylla se souvient toujours de son amant SOULEY.

Lisez attentivement, vous le comprendrez forcément….
Souleymane Taran Diallo
MON SOULEY A MOI
Souley, mon compagnon, mon confident, mon ami, Souley, mon amant.
Voici 1 an que tu nous as quitté tes enfants, tes frères et sœurs, tes amis, tes connaissances, tes relations
Voici 1 an que tu m’as quittée.
Voici 1 an que je pleure chaque jour ta disparition
Voici 1 an que je ne me console pas.
Je pensais que ma douleur allait s’estomper avec le temps,
Mais plus le temps passe, plus je souffre de ta disparition.
Tu me manques Souley, tu me manques beaucoup.
Toi, avec qui je discutais de tout,
Toi à qui je racontais chaque jour mes journées au travail et toi les tiennes,
Toi avec qui je passais des heures la nuit éveillée à parler de tout et de rien,
A parler des uns et des autres, à rire, à se moquer des uns et des autres parfois jusqu’à 4 h – 5h du matin.
Tout le temps ensemble, je n’avais pratiquement pas d’autres amis.
Je me souviens qu’en 1969, j’ai demandé un transfert du lycée 2 octobre de Kaloum pour le lycée 2 août de Donka.
On m’a rapporté que dès que je suis rentrée dans la classe tu te serais écrié : « Il me faut cette fille ».
Alors la fille qui était assise à côté de toi aurait bluffé en te disant : « Mais je connais cette fille elle est de Labé, elle ne voudra jamais de toi»
Cela ne t’a pas découragé et très rapidement, tu es devenu mon compagnon, mon confident, mon ami.
Tu avais 18 ans, j’en avais 16.
On se promenait ensemble dans la cour du lycée 2 août, on était tout le temps ensemble
Tu me raccompagnais chaque jour après les heures de classe chez moi à Coléah avant d’aller chez toi à Dixinn.
Quand quelques mois après tu m’as avoué ton amour,
Je t’ai répondu qu’il ne fallait pas et qu’on devait rester toujours de bons amis.
Tu m’as demandé pourquoi et je t’ai répondu ceci :
« Parce que tu es beau et qu’un beau gars n’était pas pour une seule fille,
Parce je sais que tu as des filles dans ce lycée et je me demande comment tu les tiens éloignées de nous,
Parce que je n’aime pas surtout les histoires avec les filles pour problème de garçon »
Je t’ai dit que je préfère ton amitié à ton amour.
Tu ne t’es pas découragé, tu es resté en ma compagnie.
Ironie du sort, 2 mois après c’est moi qui suis venue vers toi en te disant ceci :
« Souley je viens à toi, tu me reçois ».
Je me souviens encore de ta joie ce jour, le bonheur qui se lisait sur ton visage.
Depuis, on ne s’est plus quitté pour longtemps, les vacances loin l’un de l’autre étaient brèves.
A l’université, on nous appelait Souley et son ombre, Loulou et sa queue, les jumeaux,
D’autres disaient pour se moquer de créer une faculté philo – médecine.
On s’est mariés 9 ans après. On a eu cinq beaux enfants : Thierno Saidou, Mohamed Taran, Alpha Oumar, et les jumeaux Algassimou Taran et Mariama Dian.
Nous nous sommes bien amusés et nous avons été heureux.
J’espère que là où tu es, tu t’en souviennes aussi.
Aujourd’hui, mes journées sans toi à mes côtés sont fades et je vis au jour le jour.
Un bon repas je me dis que tu ne le partages plus avec moi, je suis triste
Des changements par ci par là, dans la ville, je me dis que tu ne les vois plus avec moi,
J’apprends une nouvelle je me dis que je ne la partagerais plus avec toi.
Et je suis triste j’ai les larmes aux yeux et parfois je pleure.
Je pense à toi Souley, tu me manques de plus en plus.
Mon Souley à moi, tu as été un mari fidèle, un époux et un père attentionné, responsable, généreux, droit et honnête.
Tu m’as rendue heureuse, mon amant, mon Souley à moi.
Sache que ta Douce Djénab te remercie chaque jour pour le bonheur que tu lui as donné.
Sache qu’elle prie pour toi chaque fois et chaque jour, qu’elle ne t’oubliera jamais.
Repose en paix Souley. Que la terre te soit légère, que le Bon Dieu t’accorde le paradis.
Amen

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Ces Ministres à renvoyer sans ménagement et des candidats sérieux pour la Primature

Ces Ministres à renvoyer sans ménagement et des candidats sérieux pour la Primature

Ces Ministres à renvoyer sans ménagement et des candidats sérieux pour la Primature Entre obligation …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.