Maison-centrale-Conakry

Une trentaine de personnes détenues depuis novembre 2020 viennent de bénéficier d’une ordonnance de non-lieu

Une trentaine de personnes détenues depuis novembre 2020 dans le cadre du dossier des violences post électorales, viennent de bénéficier d’une ordonnance de non-lieu rendue par le pool de juges d’instruction en charge de l’affaire. Elles sont libres dès aujourd’hui.
 
Les juges d’instruction n’auront finalement retenu aucune charge contre ces détenus qui auront été ainsi privés de liberté pendant près de 6 mois pour rien. Et comme en Guinée, il n’y a pas de réparation pour détention provisoire abusive, ils vivront avec le sentiment d’avoir été victimes d’une très grave injustice qu’on aurait pourtant pu éviter.
 
C’est l’une des raisons pour lesquelles, il est toujours fortement recommandé de trouver une alternative à l’incarcération. Mais hélas. Chez nous, l’exception ( la détention) tend à devenir le principe tandis que le principe ( la liberté) se transforme en exception.
 
 
Source : Me Mohamed Traoré avocat
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook
A LIRE >>  Tribune : Sous Alpha Condé, la Guinée devenue un Etat de non droit (Ibrahima DIALLO FNDC)

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.