Walahi bilahi talahi, c’est décidé ! Je vais en toucher deux mots à ces enfoirées de voisines qui déversent leurs eaux sales sur la route.
Abdoulaye Sankara
Abdoulaye Sankara

Walahi bilahi talahi, c’est décidé ! Je vais en toucher deux mots à ces enfoirées de voisines qui déversent leurs eaux sales sur la route.

Walahi bilahi talahi, c’est décidé ! Je vais en toucher deux mots à ces enfoirées de voisines qui déversent leurs eaux sales sur la route. Dans notre quartier où nous avons déjà du mal à respirer de l’air pur, voici que nous sommes obligés de patauger dans de la boue puante d’oignon et de soumbara avant de rentrer chez nous.
Quelle cochonnerie que cette sale manière de se foutre rondement de la voie publique et de ceux qui l’empruntent. Et tout ça, avec une nonchalance à vous donner envie de matraquer toutes ces idiotes avec leurs louches, elles qui se soucient peu de la salubrité publique.
La dernière fois, une des bonnes à tout faire que leurs maîtresses envoient semer la gadoue a failli me balancer de l’eau sale dessus. Il a fallu que je crie sur elle comme un chien enragé pour qu’elle se retienne le temps que je passe. Cela ne l’a pas empêché de transformer la rue en une véritable mare qui dégage des odeurs insupportables jusqu’au moment où je trace ces lignes. Avec les nids-de-poule qui jonchent cette rue non éclairée, je ne vous compte pas le nombre de personnes qui tombent dans cette saloperie.
Le pire, c’est que ces ruminantes ne se rendent même pas compte qu’elles sèment ainsi les nids des moustiques qui viendront transmettre le paludisme à leurs propres rejetons. Elles croient déverser la merde sur les autres alors que tout cela risque de se retourner contre elles. Et leurs pauvres maris qui n’ont pas fini de régler leurs crédits de pastis frelaté vont devoir encore s’endetter pour soigner leurs petits morveux. Eh Allah !
Quand je regarde tout ça, je me dis que dans ce pays, on ne souffre pas seulement de pauvreté. Ce qui nous tue le plus, c’est surtout l’ignorance de ces bougnoules au masculin et au féminin qui n’ont guère conscience de la merde qu’ils répandent partout. Ce qui m’énerve le plus, c’est que quand le palu viendra les décimer, ils diront que «c’est la volonté de Dieu».
Comme si Allah était obligé de sauver la vie d’un en foiré qui ne pense même pas à s’assurer un cadre de vie sain pour lui-même et pour ses voisins. Non Allah n’est pas obligé ! Tanatè ?
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Cellou Dalein et Bah Oury

Bah Oury et Cellou Dalein un duel sans fin?

Bah Oury et Cellou Dalein un duel sans fin? Entre les deux, rien ne présage …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !