A LA UNENouvelle des Régions

Yomou : Fin Tragique d’un Officier de Police Judiciaire

Tragédie à Yomou : Le Drame Silencieux d’Etienne Lamah, Officier de Police

Dans la paisible préfecture de Yomou, une communauté est secouée par un événement tragique qui soulève des questions aussi profondes que douloureuses. Au cœur de cette histoire, Etienne Lamah, un officier de police judiciaire respecté et connu pour son dévouement, a mis fin à ses jours dans des circonstances troublantes et mystérieuses.

La nuit du mardi 14 au mercredi 15 novembre 2023 restera gravée dans les mémoires comme le moment où le calme de Yomou a été brisé. Etienne Lamah, un homme en apparence fort et résilient, a choisi de se donner la mort par balle dans le district de Saoro. Cette décision tragique a laissé la communauté en état de choc, cherchant des réponses à un acte si désespéré.

Selon les informations recueillies, Lamah souffrait d’une maladie mystérieuse, peu connue du public, et était en traitement dans un village voisin. Sa décision de se suicider a été d’autant plus surprenante qu’elle a été soigneusement dissimulée à sa famille. Il avait feint un déplacement à Nzérékoré pour des soins, mais est revenu clandestinement à son domicile pour commettre l’irréparable.

Le vice-président du district de Saoro, Narcisse Kpoghomou, a partagé les détails poignants de cette tragédie. Lamah, après dix ans de service dévoué au village, a choisi de mettre fin à ses jours avec une arme PMAK, laissant derrière lui des questions sans réponses. Un jeune qui veillait sur la maison a découvert le corps le matin suivant, ouvrant la porte sur une scène qui restera à jamais gravée dans sa mémoire.

A LIRE >>  Accusations de malversations et corruption : le ministre de la Justice initie des actions judiciaires contre le directeur de l'ANVJ

La réaction des autorités ne s’est pas fait attendre. Une équipe d’agents est rapidement intervenue pour mener l’enquête et a transporté le corps à la sous-préfecture de Diécké. Malgré les demandes de la famille de Lamah de récupérer le corps, les procédures officielles ont dû être respectées, laissant la famille dans l’attente et le deuil.

Ce drame soulève des questions cruciales sur la santé mentale et le bien-être des agents de police, souvent confrontés à des stress et des défis que le grand public ne perçoit pas. La préfecture de Yomou, déjà marquée par des cas similaires de suicides par pendaison ou fusillade, est un rappel poignant de la fragilité humaine et de la nécessité d’une prise en charge adéquate de la santé mentale, particulièrement chez ceux qui servent et protègent la communauté.

La disparition d’Etienne Lamah n’est pas seulement la perte d’un officier de police; c’est le miroir d’une société qui doit encore apprendre à reconnaître et à traiter les souffrances silencieuses de ses membres. Alors que la communauté de Yomou pleure l’un des siens, elle est également confrontée à la dure réalité de la nécessité d’un soutien psychologique et d’une meilleure compréhension des défis auxquels sont confrontés ceux qui sont souvent perçus comme inébranlables.

PAR CONAKRYLEMAG.COM

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.