Accueil » Nouvelles des Regions » CAMPAGNE D’INFORMATION ET DE SENSIBILISATION SUR LES PROGRAMMES PRIORITAIRES DE L’UNION DU FLEUVE MANO (UFM) A LOLA
Ministère du Plan et de la Coopération Internationale
Ministère du Plan et de la Coopération Internationale

CAMPAGNE D’INFORMATION ET DE SENSIBILISATION SUR LES PROGRAMMES PRIORITAIRES DE L’UNION DU FLEUVE MANO (UFM) A LOLA

C’est dans le cadre du renforcement du dialogue, le bon voisinage et la coopération entre les pays membres de l’Union du Fleuve Mano, qu’une mission sectorielle composée des cadres du Ministère du Plan et de la Coopération Internationale, à travers la Direction Nationale de l’Intégration Africaine (DNIA) et du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, s’est rendue le lundi, 29 mai 2017 dans la préfecture de Lola (N’zérékoré).

Deux (2) thèmes ont été abordés par les missionnaires à savoir : le 15ème protocole révisé de l’Union du Fleuve Mano (UFM) et la Coopération transfrontalière vision CEDEAO.

Au chapitre de la première thématique, le Chef de Division Mano et Bassins Fluviaux (MPCI) a tout d’abord fait un rappel de l’historique de l’Union du Fleuve Mano qui, à sa création en Octobre 1973 comprenait les Républiques du Libéria et de la Sierra Léone. C’est en 1980 que la Guinée a adhéré à cette union suivie plus tard par la Côte d’Ivoire en Juin 2012.
Poursuivant son intervention, il indiqua que ces Etats dans la matérialisation de leur volonté commune, ont convenu de :
– Accroitre les échanges en supprimant tous les obstacles susceptibles de freiner le flux ;
– Créer les conditions favorables au développement des capacités de production des Etats membres ;
– Assurer une partition équitable des avantages tirés de la coopération économique.

En outre, il a rappelé que suite aux crises sociopolitiques survenues dans certains pays membres de ladite Union et qui en ont affectées d’autres, les dirigeants ont eu l’idée noble de promouvoir la paix, la sécurité et la défense. Ce processus à aboutit à l’adoption du 15ème protocole révisé par le sommet des Chefs d’Etat en Juin 2012 à Conakry. A travers ce protocole, les Etats membres ont intégré le volet pauvreté comme facteur d’insécurité, ainsi que la question du genre.

Pour y parvenir, le 15ème protocole révisé a mis en place un mécanisme de suivi et de maintien de la sécurité des frontières communes et créer à cette fin, le cadre institutionnel de coopération dans les domaines de la paix, de la sécurité, et de la défense dans l’espace Union du Fleuve Mano (UFM), d’où la mise en place d’un bureau de comité conjoint au nombre de 13 dans tout le pays y compris la préfecture de Lola.
A Lola, le bureau du comité conjoint élargi aux acteurs de la société civile, les associations et autres groupements sociaux ont été suffisamment sensibilisés à promouvoir le dialogue, le partage et l’apaisement social avec les communautés voisines et surtout de s’approprier du contenu du 15ème Protocole révisé comme bréviaire, afin de traduire en acte l’esprit qui caractérise ledit document.
Dans la même lancée, l’honneur est revenu au Directeur National Adjoint en charge des Libertés Publiques (MATD), d’aborder le second thème portant sur la Coopération transfrontalière vision CEDEAO.

A LIRE >>  Deux morts et des blessés lors d'affrontements autour d'un lieu de culte en Guinée

Dans son introduction, il a soutenu que le concept Coopération transfrontalière est né de la vision stratégique des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la CEDEAO en 2007, dans la perspective de transformer l’Afrique de l’Ouest en une région sans frontière, à travers les institutions régionales et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le but de cette vision, poursuit-il, est de passer d’une « CEDEAO des Etats, à une CEDEAO des populations » garantissant ainsi, avant 2020 une « CEDEAO des peuples ».

Cette initiative de coopération transfrontalière a été développée par ladite institution comme pilier de la coopération sous régionale visant à rapprocher le processus d’intégration régionale aux populations locales.
A la suite de ses deux (2) interventions, Monsieur le Préfet de Lola a aussi abondé dans le même sens que ses prédécesseurs, en rappelant à chacun l’impérieuse nécessité d’œuvrer à la consolidation de la paix et le maintien du climat de bon voisinage avec les communautés frontalières, en s’appuyant sur des exemples précis de lien social existant entre les communautés frontalières du Libéria et la Côte d’Ivoire.
Avant de lever la séance, les participants massivement mobilisés pour la circonstance, ont posé des questions de compréhension et ont émis certaines doléances, notamment, l’appui du comité conjoint en moyen financier et technique pour assurer son bon fonctionnement, et surtout de relancer la radio de proximité réalisée par l’Union Mano dans le cadre de la sensibilisation des communautés voisines à l’esprit de consolidation de la paix, la sécurité et la prévention des conflits.
En réponse, la délégation interministérielle a apporté les éléments de réponses aux questions soulevées, tout en promettant aux membres du comité conjoint de fidèlement rendre compte des doléances posées à la hiérarchie une fois à Conakry.
Le Service de Communication

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




A LIRE >>  Mohammed Boumediane, génie de la cyberdéfense et cauchemar des hackers

Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*