A LA UNE

Etat civil : Ennemi des élections en Afrique ? (Kerfalla Cissé)

Etat civil : Ennemi des élections en Afrique ?

Pour lutter efficacement contre les fraudes électorales, il faut en connaître les sources de production.

Tous les observateurs, tous les rapports d’audit s’accordent sur un constat sans appel : La défaillance de l’état civil dans notre pays élargit le spectre des possibilités de fraudes

Sur recommandation des partenaires techniques-devrais-je dire sur leur imposition- dans un souci de pallier à cette défaillance, on a fait recours à la biométrie.
Sans résoudre le problème de fond, ce recours vise à donner un sentiment de transparence et de sincérité des élections alors que la réalité est fort différente.
Le business de la biométrie étant florissant, nous assistons, impuissants, à une course effrénée vers l’adoption de cette solution. L’un des objectifs inavoués du financement de ce genre de projet par des partenaires techniques serait le contrôle et la maîtrise de l’accès aux espaces territoriaux dont ces derniers sont originaires.
Comme le noir aime des solutions faciles, on se retrouve aujourd’hui en Guinée avec des systèmes de biométrie tous azimut ne respectant aucun cadre légal et surtout dans des technologies différentes qui empêchent toute réconciliation des données : carte d’identité biométrique, passeport biométrique, carte grise biométrique, permis biométrique, extrait de naissance biométrique… que des systèmes en vase clos ne communiquant pas entre eux

Le jour où on voudra mutualiser tous ces systèmes, cela coûtera certainement plus cher que d’adopter un système système biométrique central sur lequel viendront se greffer toutes les administrations.
Définir un cadre légal pour l’adoption de la biométrie ne signifie pas voter simplement une loi autorisant son adoption, encore faut-il en définir les conditions de stockage, de conservation, de consultation et ou de rectification.
Que fait-on de nos empreintes prises illégalement (Pour rappel aucune loi guinéenne n’autorise la prise des empreintes) ?

C’est une tautologie que de dire que la biométrie nous a rendus paresseux, nous a détournés des objectifs vers lesquels on devrait s’orienter : Construire un socle technologique de l’état civil en Guinée. C’est une illusion de penser qu’on peut bâtir un immeuble R+5 sur une fondation prévue pour une case sans qu’il ne s’effondre

A LIRE >>  Transition au Burkina Faso et en Guinée Pas de sanctions. La CEDEAO décide d’envoyer des missions dans les deux pays

Le vin étant tiré, il faut le boire mais avec modération

En attendant qu’on prenne la mesure des enjeux d’avoir un état civil fiable, il faudrait mettre en place quelques mécanismes pour sécuriser nos processus électoraux.

Quatre sources de fraudes, parmi tant d’autres, auxquelles il faudrait s’intéresser

I. / Délivrance des cartes d’électeurs multiples

Lors des dernières élections, plusieurs cas de cartes d’électeurs multiples ont été signalés.
Cette situation permet, à un candidat donné, de prendre un avantage énorme sur ses concurrents

Proposition de solution :

1/Juste avant le démarrage des votes, auditer les imprimantes ayant servi à l’impression des cartes ; comparer le nombre le compteur cartes délivrées à celui du nombre d’électeurs régulièrement inscrits dans le fichier électoral

2/Renforcer la sécurité du vote en prenant systématiquement, lors du vote, les empreintes des électeurs et quand un électeur a déjà voté, il faut trouver un moyen pour que le système puisse mémoriser cette information pour éviter qu’un même électeur, ayant plus d’une carte, ne puisse voter plus d’une fois

II. Transport des PV vers des CACV (Commissions Administratives de Centralisation des Votes
Après le vote, les PV des bureaux de vote sont acheminés vers des CACV pour la centralisation, ces dernières à leur retour, acheminent les PV vers l’organe de gestion des élections(CENI) pour la totalisation.
C’est pendant ce transport des PV que des histoires insolites se produisent : Des coupeurs de route interceptent les PV, des sangliers sortent du buisson pour s’attaquer aux PV, des crocodiles attaquent des pirogues contenant des PV,. Cette situation augmente considérablement l’ampleur des fraudes et les recours ne sont pas des plus simples à faire

A LIRE >>  Coopération Guinée-IOFS-OCI revue des réalisations de l'IOFS

Proposition de solution :

Supprimer systématiquement les CACV, introduire la technologie dans le processus en donnant la possibilité aux délégués d’un bureau de vote de pouvoir signer électroniquement et soumettre les PV à toutes les instances censées les recevoir. Les PV physiques viendront pour conforter les résultats contenus dans les PV reçus électroniquement. Cette solution accélère considérablement la centralisation/totalisation des votes et surtout permet surtout de faciliter l’exercice des recours sans contrainte car le PV électronique reçu a une valeur juridique reconnue devant la justice, ce qui n’était pas le cas des copies de PV que les partis déposaient pour leurs recours

III. Inscription mineurs

Avec la complicité du quartier/district, de certains notables les mineurs parviennent à se faire délivrer une attestation-ou utilisent leurs cartes d’élèves- pour leur enrôlement.
Proposition de solution :
Reformer le code électoral et interdire systématiquement l’enrôlement via le certificat délivré par le quartier et les cartes d’élèves

IV. Création des doublons

Ils sont généralement créés, d’une part, par des électeurs ayant changé de localité entre la période de révision et d’enrôlement et, d’autre part, par l’utilisation des abusive des documents non sécurisés comme le certificat délivré par le quartier

Proposition de solution :

Le système de déboulonnage, debouleboulement, déboubou…..Au secours Cellou pour la prononciation…. Je vais y arriver, le système de dedoublonnage mis en place par la CENI a montré ses faiblesses car limité à une localité donnée.
Il faut étudier la possibilité de pouvoir faire mettre en place un système qui soit capable de faire de détecter les doublons à la « volée » quelle que soit la zone donnée
En attendant d’étudier cette possibilité, la reconnaissance systématique des empreintes doit être déployée avant le vote

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.