...Je venais une fois encore d’échapper au filet de la police.
Abdoulaye Sankara
Abdoulaye Sankara

…Je venais une fois encore d’échapper au filet de la police.

Tanatè ? Et le coronavirus ? Et les bovins ? Les caprins ? Le coq de la basse-cour ? Et l’entrée en 7ème ? L’hyper tension et le diabète ? Espace FM et Djoma FM ? Tout le monde ‘’vont’’ bien ?
Alors que cela faisait déjà quelques jours que le mois portait 2 chiffres, j’avais eu le plaisant honneur de croiser un ami payé à la quinzaine qui était agréablement feuillu. En ce milieu de mois, l’âne venait de péter pour lui et, moi, je ne me suis pas fait prier. Il était tellement content ce jour-là qu’il n’a pas hésité à m’arroser autant de fois que je voulais de Guiluxe. Si tous ses collègues étaient comme lui, je les bénirais tous les jours de ma vie. En tout cas, j’étais fier de lui. Et c’est justement quand il prit congé de moi et que je m’apprêtais à enfourcher ma moto que j’ai reçu le SMS d’un pote. Une mise en garde qui allait bouleverser le cours de ma soirée.
C’est cette nuit-là que la flicaille avait choisie pour contrôler l’éclairage des véhicules et engins dans la circulation. L’agréable sensation que j’avais en décalant du comptoir du bar venait ainsi de se transformer en une terrible aigreur. Mon feu rouge ne s’allumait pas. Il fallut taper longtemps sur le boîtier du phare pour voir l’ampoule éclairer à peine. Oser prendre la route dans ces conditions, c’était comme me jeter sciemment dans la gueule du loup. Ces policiers coagulés n’attendaient d’ailleurs que le premier gaou pour embarquer son char dans leur grande bâchée affrétée à cet effet.
C’était trop con de prendre ce risque. Surtout que je n’avais ni les moyens d’une contravention ni aucune envie de rentrer à pied, sans ma moto, même sans éclairage. Et puis, avec ces temps de vie chère, je me voyais très mal d’aller pisser… au bassinet de la police. Je préférais encore garder cet argent pour réparer ma moto au besoin.
Au moment où je faisais toute cette cogitation, j’avais à peine 5000 balles dans mes poches. Entre partir et faire demi-tour, j’ai choisi la seconde solution…
De retour au comptoir, je tombai sur un zig accoudé avec le visage aussi triste que celui de quelqu’un dont l’enfant venait de rater l’entrée en 7ème. Il était tout le contraire du bienfaiteur qui venait de me quitter. Le genre de gars à fuir, mais c’est seulement à côté de lui qu’il restait encore une chaise libre. Au moment où je posais mon séant, je l’ai entendu maugréer la police. «Ces salauds, ils ne m’auront pas aujourd’hui», a-t-il lancé. «Avez-vous eu un problème avec eux ou quoi?» ai-je prudemment demandé, non sans bien conserver mes distances.
C’est alors qu’il m’apprit qu’il savait à quelle heure ce foutu contrôle allait prendre fin et qu’il était prêt à attendre le temps qu’il fallait. Je lui ai proposé un marché, à savoir que j’étais disposé à l’accompagner dans la gestion de son aigreur aussi longtemps qu’il pouvait payer la facture de ma Guiluxe.
Qui est fou? Visiblement remonté contre la police, l’enfoiré n’a trouvé aucun inconvénient à ma proposition. Bien au contraire. Je venais une fois encore d’échapper au filet de la police. Tanatè ?
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Aliou Bah MoDeL

N’acceptons pas de tomber dans le piège du manipulateur désespéré !

N’acceptons pas de tomber dans le piège du manipulateur désespéré ! À l’évidence, Alpha Condé …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !