kindia Abdourahamane Camara tue sa femme qui lui a refusé le lit
kindia un père tue sa femme qui lui refuse le lit
kindia un père tue sa femme qui lui refuse le lit

kindia Abdourahamane Camara tue sa femme qui lui a refusé le lit

Abdourahamane Camara tue sa femme qui lui a refusé le lit
KINDIA-Un père de famille a tué sa femme, mère de trois enfants, au quartier « Banlieue » dans la commune urbaine de Kindia. Les deux conjoints se sont bagarrés dans la nuit du mardi au mercredi 5 août 2020 aux environs de 00h. Les raisons de cette bagarre seraient liées à…une histoire de rapport sexuel.
Thierno Hawa Sylla aurait refusé de faire l’amour avec son mari à cause de ses menstrues. Mais l’époux a insisté, provoquant une dispute qui a viré au drame. Un membre de la famille qui a assisté à une partie de la scène explique la cause de leur dispute.
« J’étais couché lorsqu’on m’a réveillé en me disant que Thierno Hawa et son mari sont en train de se battre. Je suis venu frapper la porte à plusieurs reprises. Son mari est venu l’ouvrir, mais sa femme était à terre. Je lui ai demandé qu’est-ce qu’il y avait, mais il ne m’a pas répondu. Son frère aussi est venu pour lui poser la même question, mais il n’a pas daigné donner de réponse. Pendant ce temps, sa femme était couchée (…).
Entre temps, Thierno Hawa s’est retrouvée. Ma mère qui était aussi arrivée lui a demandé la raison de cette bagarre. Elle a dit que son mari voulait coucher avec elle, mais elle lui a dit qu’elle voyait ses menstrues. Mais le mari n’a pas cédé. Il tenait vaille que vaille à avoir des relations intimes avec sa femme. C’est là que tout a commencé. Comme il faisait nuit, moi je suis parti me coucher », explique Mariam Sylla.
Interrogée, la fille de la victime, Djenabou Touré qui a transporté sa maman à l’hôpital, explique les circonstances dans lesquelles, sa mère a rendu l’âme.
« C’est aux environs de 1 heure que ma maman m’a appelé au téléphone. Elle m’a dit Djènè : si vous ne m’envoyez pas à l’hôpital je vais mourir. Elle m’a dit qu’elle s’est battue avec mon père. Je suis partie immédiatement à la maison. Arrivée, j’ai trouvé ma mère incapable de soulever sa tête. J’ai demandé ce qui s’est passé, mais elle ne pouvait pas parler. Mon père est venu lui dire d’arrêter de faire peur aux gens. Il lui a massé mais ma mère ne pouvait plus tenir sa tête. C’est ainsi qu’on l’a transporté à l’hôpital.
Arrivé, les médecins nous ont demandé ce qui s’est passé, mais ma sœur a dissimulé les choses. Ils nous ont dit qu’ils ne peuvent pas la toucher. Ils nous ont dit d’aller au CTPI mais là-bas, il n’y avait personne. Les médecins sont revenus et ils ont mis ma mère sur un lit. Après quelques temps, j’ai constaté qu’elle ne se remuait plus. C’est ainsi j’ai crié, mais elle avait déjà rendu l’âme », témoigne Djenabou Touré.
Les services de sécurité et les médecins ne se sont pas prêtés à nos questions. Mais le corps de la victime est actuellement à la morgue de l’hôpital régional pour l’autopsie. Le présumé responsable de ce meurtre, Abdourahmane Camara alias vieux, mari de la victime, est en cavale.
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Aliou Bah MoDeL

N’acceptons pas de tomber dans le piège du manipulateur désespéré !

N’acceptons pas de tomber dans le piège du manipulateur désespéré ! À l’évidence, Alpha Condé …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !