l'absence de services de secours prompts à réagir devient inquiétant
Par maître Mohamed Traoré.

l’absence de services de secours prompts à réagir devient inquiétant

Certains soutiennent que lorsqu’il y a des morts à l’occasion des opérations dites de maintien d’ordre, des citoyens s’empressent de déplacer les corps des victimes et de modifier les scènes de crime. Ce qui rendrait par la suite difficiles les enquêtes policières.

Mais entendons-nous bien. Dans la majorité des cas, ces jeunes qui reçoivent des balles ne succombent pas sur-le-champ. En l’absence de services de secours prompts à réagir et dans le but de porter secours à une personne en danger, des témoins voire de simples passants se voient obligés d’arrêter le premier véhicule qui passe pour y mettre la victime et la conduire dans l’établissement de soins le plus proche. C’est là qu’elle rend l’âme très souvent.

La question qui se pose est de savoir s’il faut attendre l’arrivée hypothétique des services de secours- lesquels d’ailleurs- avant de porter assistance à une victime qui présente encore des signes de vie ou bien essayer de la conduire au sein structure sanitaire la plus proche afin qu’elle soit prise en charge rapidement dans l’espoir de lui sauver la vie?

En tout état, ce constat ne peut suffire à lui tout seul pour expliquer cette inertie.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Habib Marouane Dinguiraye

Le partage du gâteau national, I chop, You chop !

Le partage du gâteau national, I chop, You chop ! «Hier, les chèvres étaient attachées, …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !