ContributeurEconomie

L’ÉCONOMIE AMÉRICAINE SUR UNE CORDE TENSIONNÉE

Isidoros karderinis

L’Amérique se trouve aujourd’hui au moment le plus critique de son histoire moderne. Elle est menacée d’un effondrement qui, s’il se produit, entraînera la majeure partie du monde dans sa chute.

La dette américaine a désormais, dans un contexte d’inflation élevée, de hausse des taux d’intérêt (la plupart des analystes économiques s’attendent à ce que la banque centrale américaine continue de relever les taux) et d’incertitude économique croissante, a dépassé 33 mille milliards de dollars en septembre 2023 et s’élève à 124 % du PIB. Et le déficit du gouvernement général – c’est-à-dire le gouvernement fédéral et les collectivités locales – dépasse 7 % du PIB.

Ce niveau d’endettement est plus de trois fois supérieur à celui de 2008 (10 mille milliards de dollars) et 10 fois supérieur à celui de 1990 (3,2 mille milliards de dollars). Les niveaux d’endettement des États-Unis ont considérablement augmenté ces dernières années, en particulier après une augmentation de 50 % des dépenses fédérales entre les exercices 2019 et 2021, selon les données du département du Trésor américain.
Cette dure réalité a conduit la Chambre et le Sénat à adopter, début juin 2023, la législation nécessaire qui relève le plafond des emprunts fédéraux tout en imposant certaines limites aux dépenses.

Ceci, bien sûr, a été fait afin d’éviter une faillite catastrophique du gouvernement, c’est-à-dire le scénario dans lequel le pays déclarerait défaut, incapable de payer ses créanciers et de payer les salaires et les retraites, ce qui aurait évidemment un impact négatif catalytique sur les marchés internationaux, ainsi que dans l’économie américaine et mondiale, compte tenu de l’ampleur de la dette américaine.

L’accord sur la dette permet notamment de suspendre pendant deux ans, jusqu’au 1er janvier 2025, soit la période qui suivra les élections présidentielles extrêmement critiques pour la planète entière de novembre 2024, la limite maximale d’emprunt du public américain (31,4 mille milliards dollars).
Cependant, la plus grande économie du monde s’est retrouvée une fois de plus confrontée à la perspective d’une fermeture du gouvernement. Ainsi, le Congrès a récemment adopté le projet de loi de financement à court terme pour éviter un «shutdown» du gouvernement (c’est-à-dire la faillite des États-Unis) quelques heures seulement avant la date limite et garantit le financement jusqu’au 17 novembre, tout en excluant toute nouvelle aide à l’Ukraine. Une fermeture du gouvernement qui mettrait au chômage des dizaines de milliers d’employés fédéraux sans salaire et suspendrait divers services gouvernementaux commencerait à 00h01 le dimanche 10/1/2023. Une exception serait toutefois le personnel requis pour des fonctions étatiques telles que la défense, les fonctions de police ou d’autres fonctions vitales, qui resterait en service sans rémunération.

Le récent accord de 45 jours visant à maintenir le gouvernement ouvert a fait naître un risque entre octobre et novembre, un point où il pourrait finir par causer davantage de dégâts aux chiffres du PIB du quatrième trimestre. Bloomberg Economics estime que chaque semaine de fermeture réduit d’environ 0,2 point de pourcentage la croissance annuelle du PIB, la plupart mais pas la totalité se rétablissant une fois le gouvernement rouvert.

Dans le même temps, en mars 2023, trois banques aux États-Unis d’Amérique ayant une activité importante dans le domaine de la technologie et des crypto-monnaies se sont effondrées. Il s’agit plus précisément de Silvergate Bank, de Silicon Valley Bank et de Signature Bank. Cela a été suivi par l’effondrement, le rachat et la fermeture d’une autre banque, First Republic Bank, en mai 2023.

Il y a actuellement 725 banques américaines sur la liste des décès de la FDIC. La pression exercée sur le secteur financier par les faillites bancaires reste une menace. La crise bancaire n’est pas un problème de qualité des conditions de crédit, mais est provoquée – désormais – par l’incapacité à financer la dette américaine en constante augmentation.

En outre, de nouvelles menaces menacent de faire dérailler l’économie américaine. La liquidation des actions en septembre a poussé le rendement des obligations à 10 ans à un sommet de 4,6 % depuis 16 ans. Des coûts d’emprunt plus élevés sur une période plus longue ont déjà fait chuter les marchés boursiers. Ils pourraient également mettre en péril la reprise du secteur immobilier et dissuader les entreprises d’investir.

En outre, de nombreux analystes financiers qualifient la réactivation imminente des prêts étudiants fédéraux, après la fin d’un gel pandémique de trois ans et demi, de choc potentiel pour l’économie. Près de 44 millions d’emprunteurs commenceront à payer en moyenne 393 dollars. Inévitablement, cela signifiera moins de dépenses ailleurs, du moins pour certains ménages.

Par ailleurs, depuis le 15 septembre, le syndicat United Auto Workers est engagé dans une grève historique contre les trois principaux constructeurs automobiles de Détroit: Ford, GM et Stellantis N.V., qui, selon une étude du groupe Anderson, a coûté en une semaine seulement aux États-Unis économie de plus de 1,6 milliard de dollars.

Dans le même temps, les crises des prix du pétrole ont généralement, tout au long de l’histoire des États-Unis, contribué à déclencher des récessions. En d’autres termes, les crises des prix du pétrole ont été suivies d’une récession. Les prix élevés de l’or noir augmentent les coûts pour un large éventail d’entreprises et pèsent sur les budgets des consommateurs, entraînant une hausse de l’inflation et une baisse des dépenses de consommation. C’est une recette pour un désastre économique auquel le monde est une fois de plus invité à faire face.

Il convient également de noter que les prix du pétrole se sont envolés depuis juin en raison des réductions de production des plus grands producteurs mondiaux de brut (OPEP+, qui comprend la Russie et l’Arabie saoudite). Les prix du pétrole brut Brent, référence internationale, ont augmenté de 28 % depuis leur plus bas du 11 juin de 74 dollars le baril à plus de 95 dollars le baril, pour atteindre 100 dollars le baril.

La guerre qui a éclaté entre Israël et le Hamas dans la région du Moyen-Orient, qui abrite près d’un tiers de l’approvisionnement mondial en pétrole, sauf la tragédie du sang humain, aggrave encore la situation de l’économie mondiale et américaine.

Mais les événements dans le reste du monde pourraient également entraîner les États-Unis sur une trajectoire descendante. La deuxième économie mondiale, la Chine, est embourbée dans une crise immobilière. Dans la zone euro, les prêts diminuent à un rythme plus rapide qu’au plus bas de la crise de la dette souveraine, signe que la croissance, déjà stagnante, est sur le point de ralentir.
En conclusion, je voudrais souligner que l’horizon de l’économie américaine et des marchés devient de plus en plus sombre. Les nuages sombres dans le ciel financier s’épaississent, provoquant naturellement inquiétude et peur, et annonçant que la tempête ne tardera malheureusement pas à arriver.

Curriculum vitae

Isidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est journaliste, romancier et poète. Il a étudié l’économie et a terminé des études supérieures en économie du tourisme. Ses articles ont été publiés dans des journaux, des magazines et des sites Web du monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, français et espagnol et publiés dans des anthologies poétiques, des revues littéraires et des colonnes de journaux littéraires. Il a publié huit recueils de poésie et trois romans en Grèce. Ses livres ont été traduits et publiés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne.

Réseaux sociaux

karderinis Isidoros
karderinis Isidoros

Facebook: Karderinis Isidoros
Twitter: Isidoros Karderinis
Linkedin: ISIDOROS KARDERINIS
Gettr: ISIDOROS KARDERINIS

PAR CONAKRYLEMAG.COM

— conakrylemag

Author Signature for Posts

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous +224620178930 en Guinée en France +33698485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !

Adblock détecté

Conakrylemag.com fonctionne grâce à la publicité. Veuillez désactiver AdBlock en navigant sur notre site. Merci pour votre soutien. Cliquez sur l'icône AdBlock, en haut à droite, et suivez les conseils ci-dessous.