A LA UNEJustice et Droit

Par une ordonnance rendue publique ce mercredi 30 septembre, le président du CNRD vient de marquer une rupture avec la constitution de mars 2020 et un retour à une disposition très importante de la constitution de mai 2010.

Par une ordonnance rendue publique ce mercredi 30 septembre, le président du CNRD vient de marquer une rupture avec la constitution de mars 2020 et un retour à une disposition très importante de la constitution de mai 2010. Il s’agit du mode de nomination et d’affectation des magistrats.

En effet, les magistrats sont désormais nommés ou affectés par décret du président de la République sur proposition du ministre de la Justice, suivant avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature délibérant sous l’autorité du premier président de la Cour suprême.

Sont nulles toutes nominations ou affectations non conformes à l’avis du Conseil supérieur de la magistrature.
C’était l’une des innovations majeures de la Constitution de mai 2010.

Ce texte qui s’appliquait aussi bien aux magistrats du siège qu’à ceux du parquet avait pour but de renforcer l’indépendance des magistrats en les soustrayant aux nominations ou affectations fantaisistes ou dépendant du bon vouloir de l’autorité de nomination ou d’affectation.

La Constitution de mars 2020 avait abrogé cette disposition en soumettant les nominations et affectations de magistrats simplement à l’avis consultatifs.Ce qui signifiait que le président de la République, autorité de nomination ou d’affectation, n’était pas lié par l’avis du CSM.

Par ailleurs, toutes les formations du CSM sont désormais présidées par le premier président de la Cour suprême, qu’il s’agisse de la formation statuant en matière disciplinaire ou de celle qui statue en matière d’avancement des magistrats.

A LIRE >>  Guinée CNRD au pouvoir, résumé de la journée du mardi, 16 novembre 2021

Out le président de la République et le ministre de la Justice jusque là président et vice-président du CSM.

Voilà une autre manière de consolider davantage la nécessaire indépendance de la magistrature.

Ainsi, le président de la Transition est en train de joindre l’acte à la parole en ce qui concerne sa déclaration selon laquelle la justice sera la boussole qui va guider tout le monde.
La balle est désormais dans le camp des hommes et femmes qui exercent la respectable profession de magistrat. Ils ont une une mission sacerdotale surtout en cette période où la junte militaire au pouvoir parle de refondation de l’État.

Merci Monsieur le Président d’être revenu à une des dispositions de la Constitution de 2010 qui avaient été qualifiées de « chiffon » et de » torchon » par deux ministres de Alpha Condé.

Me Mohamed Traoré avocat

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.