Temps de lecture : 2 minutes

Paul Moussa Diawara, ancien directeur de l’office guinéen de publicité. Président du mouvement des patriotes pour le développement (MPD), désormais, premier condamné à 5 ans d’emprisonnement ferme pour malversations financières en République de Guinée. Condamnation de cette envergure oui. Sinon il y a eu en 2011 des peines de prison ferme dans l’affaire de détournement des 13 milliards au ministère de l’économie et des finances. Mais nous en reparlerons. C’est au moins une vérité et les magistrats le confirment. Le verdict est tombé au moment où les mouvements de soutien et d’opposition à un éventuel projet de modification de la constitution se donnent des coups de poings. Le condamné est un pro Alpha. Le verdict est tombé, alors que personne ou presque dans l’opinion ne croyait à un emprisonnement pour détournement. D’autant plus qu’il n’y en a pas souvent voire jamais.
Alors on respire et on rappelle. Le directeur de l’OGC, office guinéen des chargeurs, condamné en janvier dernier à 5 ans avec sursis, mais pour négligence dit-on. Un travail inachevé puisque le rapport d’inspection fait remarquer des prélèvements de la banque centrale dont ont ignore la destination. La BCRG n’a pas été interrogé sur ces remarques importantes apparues dans une enquête. Et puis, si l’ancien directeur de l’OGC a été condamné pour négligence, cela veut dire que celui qui a détourné est en liberté. La logique voudrait qu’il soit recherché et présenté au juge, puisqu’il est le vrai responsable de la disparition d’un montant de 20 milliards de francs guinéens.
A la loterie nationale, la somme est encore plus importante : 40 milliards de francs guinéens. Le suspect fait retarder la procédure bien que limogé. C’est bien en respect dit-on des règles en la matière. Les guinéens attendent donc mieux de la justice et voudraient croire à son indépendance.
Indépendance ? Parlons-en. Paul Moussa Diawara, un homme politique. Les préjugés sont faciles, mais les faits sont les plus importants. En l’ayant limogé et poursuivi et connaissant son engagement pour le RPG arc en ciel, on peut estimer que le premier ministre a voulu commencer par les proches du chef de l’Etat. Surtout que Paul n’est pas un simple proche. C’est le fils d’un des amis et soutiens du président. Mais il est aussi un adversaire pour plusieurs militants du RPG originel. Bantama Sow l’avait menacé ouvertement lorsqu’il a voulu présenter un candidat à Matoto. Ce ne sont que des faits qui ne peuvent rien justifier d’emblée.
De la justice, c’est sûr qu’elle n’a pas toujours défendu les forts et l’Etat. Dans l’affaire des 13 milliards au ministère de l’économie et des finances, les personnes poursuivies dont une condamnée pour recel, ont gagné le procès au civil. Doussou Sidibé a bénéficié d’un non lieu et Mathurin Millimouno de Mill impression, a eu confiance aux magistrats. Il a gagné contre l’Etat au tribunal de première instance de Kaloum, à la cour d’appel de Conakry et devant la cour de justice et d’arbitrage d’Abdidjan. L’Etat lui a reversé au moins 8 milliards de francs guinéens. C’est bon à relayer.
Il reste à éclairer les guinéens sur les soupçons de détournement qui pèsent sur l’ancien directeur de la LONAGUI. La surfacturation de bon de carburant au ministère des affaires étrangères, dont la révélation a coûté une détention arbitraire au journaliste Lansana Camara, doit faire l’objet d’enquête et s’il faut de procès.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook
A LIRE >>  KPC sur le Fifa gate et les élections à la Feguifoot

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.