Davis Camara et Tomba Diakité
Davis Camara et Tomba Diakité
Temps de lecture : 3 minutes

Diantre! Que le ridicule ne tue pas. Heureusement. En fait, je suis très amusé d’entendre notre fameux Ministre de l’Injustice insinuer que l’arrestation de Toumba intervient après que celui-ci ait été repéré à Dakar depuis deux mois. Quelle bassesse! Quelle honte! Lorsqu’on ministre de la République, notamment celui dit de la Justice, se plaît à mentir sans scrupules.

Tenez! Y a-t-il un Guinéen avisé qui ignorait, depuis déjà trois ans, la présence de Toumba Diakité dans la capitale sénégalaise? A combien de reprises, moi, Mandian Sidibé, alors exilé à Dakar, ai-je évoqué via la toile, le sujet Toumba Diakité, non sa préciser qu’il est bel et bien à Dakar et précisément dans le quartier huppé de Ouakam?

Aussi, le ministre Sacko, depuis la ville de Montpellier en France – où il séjourne et où il fut un piètre avocat, avant d’être miraculeusement bombardé ministre dans un pays en proie à la promotion de la médiocrité – insinue-t-il qu’il prépare une prétendue importante communication afférente à l’arrestation de Toumba pour, dit-il, éclairer l’opinion nationale et internationale.

D’avance, je parie que cette communication annoncée d’être importante sera la plus laconique et la plus lapidaire qui soit, tant et si bien qu’au lieu d’éclairer les lanternes, elle assombrira les esprits en dissimulant la vérité que les Guinéens ont soif et droit de savoir.

Pourquoi Toumba a-t-il été arrêté maintenant et pas avant? Sera-t-il extradé vers les geôles de la Guinée pour y attendre le procès qui n’arrivera jamais sous le règne d’Alpha Condé? En réponse à ces questionnements, nos sources bien introduites au Palais Sèkhoutouréya révèlent:

A LIRE >>  Primature – Début de l’évaluation périodique de la performance des départements ministériels

《 Toumba Diakité avait usé de l’exagération ces derniers temps. Il menaçait tout le monde par des voies aussi variées que diverses. Alpha Condé a bel et bien pris au sérieux ces mences contre lui et son régime. En fait, après avoir fait des mains et des pieds pour tenter d’obtenir la relaxe d’un de ses proches arrêté à Sèkhoutouréya et accusé de nourrir de mauvaises intentions envers le Président de la République, depuis bientôt huit mois, Toumba avait changé de stratégie en procédant à des menaces teintées de chantage, n’épargnant personne même dans la haute hiérarchie militaire.

Pire, il est allé très loin dans sa dérive en adressant des textos discourtois au Président de la République. Il a ensuite menacé le Président de révéler certains secrets de ce dernier, notamment dans le tumultueux dossier du 28 septembre.

Ces maladresses de Toumba sont arrivées au moment où Alpha Condé cherche à se faire une santé politique en prélude aux élections communales et communautaires qui pointent à l’horizon. Alors, il fallait maîtriser Toumba pour le bâillonner et charmer politiquement la principale composante sociale éprouvée par ces douloureux événements.

Quant à l’hypothèse de l’extradition de Toumba vers la Guinée, ce serait utopique d’y croire. Le pouvoir de Conakry évoque déjà des raisons de sécurité pour battre en brèche cette procédure de transfèrement. Sauf changement de dernière minute, sinon le Président de la République se dit prêt à apporter un soutien financier aux autorités judiciaires du Sénégal afin que celles-ci assurent le maintien en détention provisoire de Toumba.

A LIRE >>  Thomas Sankara, Un discours sur l'Afrique qui raisonne encore..

Selon certaines indiscrétions à la Présidence, les éléments de Toumba au sein de l’armée, réputés d’être dangereux, pourraient troubler le sommeil d’Alpha Condé si leur mentor était incarcéré à l’hôtel cinq étoiles de Coronthie. C’est justement pour les mêmes raisons que Dadis et Sékouba Konaté sont également déclarés persona-non-grata dans leur propre pays.

L’arrestation de Toumba n’est que de la poudre aux yeux des victimes et une stratégie d’arnaque de la Communauté Internationale pour que celle-ci débloque de l’argent en faveur de l’organisation du procès du dossier du 28 septembre.

En clair, ce procès tant attendu ne se tiendra jamais sous le règne d’Alpha Condé. Tout comme Dadis et Konaté ne signeront jamais leur retour en Guinée avant la fin du magistère du Professeur National. Les Guinéens se doivent de faire de cette arrestation un non-évènement et attendre la suite qui ne sera que très décevante 》. Sans commentaire.

Mandian SIDIBE, Journaliste exilé

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.