Justice et Droit

Toumba arrêté au Sénégal après 7 de cavale Bonne note pour la justice guinéenne

    0
    Cheick Sacko
    Cheick Sacko
    Mode nuit

    Le fugitif Toumba a été arrêté à Dakar. Dans les prochains jours, il sera remis aux autorités judiciaires guinéennes. Un événement qui lève un coin du voile sur le dossier 28 septembre.

    Tout débute dans la nuit du 23 décembre 2008, après la mort du général Lansana Conté quand la Guinée a enregistré son second coup d’Etat après celui du 3 avril 1984.

    Des militaires pour la plus part méconnus jusque-là du grand public s’emparent du pouvoir. Ils dissolvent toutes les insti- tutions et mettent en place le Conseil national pour la démo- cratie et le développement (CNDD). Un certain capitaine Moussa Dadis Camara est désigné par ses pairs pour assurer la transition. Celui-ci se fait entourer de ses hommes de confiance dont Aboubacar Sidiki Diakité, son aide de camp qu’il couvrait d’éloges. Le putsch est plutôt bien accueilli parmi les populations qui adhèrent massivement à la cause du CNDD.

    Rassuré de la confiance inébranlable du peuple, Dadis s’offre de bain de foule et prend goût à rester au pouvoir. En 2009, il commence à faire

    apparaitre des velléités de se maintenir. Quand on le lui reproche, il se défend en disant que «personne ne nait militaire» et «si je veux, je peux me présenter». C’est la goutte d’eau qui va aussitôt déborder le vase. Les forces vives de la nation (acteurs politiques et sociaux) tentent de lui barrer la route. Elles appellent à une forte mobilisation des citoyens le 28 septembre 2009 au stade éponyme.

    Toumba, bouc-émissaire ?

    Des milliers de personnes répondent à l’appel des leaders et le lieu de ralliement est bondé de gens. Dépassé par l’événement, Dadis veut étouffer la mobilisation. Il ordonne sa garde de réprimer la foule. Ce fut le pire massacre que la Guinée n’ait jamais connu. On dénombre 157 morts, des femmes violées, des blessés graves et des portés disparus. Face à l’indignation de la communauté nationale et

    internationale, le chef de la junte veut faire porter le chapeau à Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba. Dans le tumulte, s’engage un bras de fer entre lui et son aide de camp qui lui tire balle sur la tête le 3 décembre 2009.

    Le capitaine est évacué d’urgence au Maroc. C’est la purge. Les règlements de compte font des victimes dans l’armée. Après ses soins au royaume chérifien, Dadis est envoyé à Ouagadougou au Burkina Faso où il séjourne toujours. Et depuis ce jour, Toumba est en cavale. C’est ainsi que le 3 décembre 2009, le général Sékouba Konaté surnommé El Tigre, ministre de la Défense d’alors, est choisi pour achever la transition. Il organise la fameuse élection présidentielle de 2010 qui donne Alpha Condé vainqueur au second tour.

    Malgré le mandat d’arrêt émis en 2010 par les autorités guinéennes, Toumba continue d’accorder des interviews aux médias internationaux. «La démocratie m’avait trahi et lui aussi (Dadis) d’ailleurs en

    voulant me faire porter le chapeau sur cette affaire. Cet acte de trahison m’a poussé à agir ainsi. Je ne pouvais pas être seul responsable de tout cela», avait-il dit sur RFI tout en révélant avoir conclu un marché avec des instigateurs pour faire tomber Dadis, notamment Alpha Condé, l’actuel président de la République à qui, il réclame une rançon estimée à 9 milliards de FG.

    Toumba entendu

    Après plusieurs années de cavale, Toumba est enfin arrêté au Sénégal. Il est présenté lundi 19 décembre devant un juge et une procédure est ouverte. Dans une interview accordée à Senenews.com, le commandant Issa Diack, chef de la section de recherches de Dakar explique les circonstances dans lesquelles le fugitif a été arrêté. «Effectivement, le commandant Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba a été interpellé par la Gendarmerie nationale sénégalaise.

    Nous avons dû le tracer un certain moment pour être sûr que c’était bien notre homme parce que morphologiquement, il avait grandement changé. Nous avons pu le cueillir dans un appartement qu’il louait à Ouakam. Bien entendu, la suite qui sera réservée au dossier reste maintenant à la discrétion des autorités judiciaires sénégalaises, en liaison avec leurs homologues guinéennes». Toumba est placé sous mandat de dépôt en attendant la demande d’extradition de la Guinée. Une arrestation qui marque la fin de la cavale pour Aboubacar Sidiki Diakité au grand plaisir des victimes. Mais question: La Guinée dispose- t-elle des conditions de sécurité requise pour extrader et juger Toumba ainsi que Dadis ? On verra bien.

    Par Abdoul Malick Diallo


    conakrylemag Magazine
    Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ...

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    You may also like