Accueil » Libre Opinion » ALPHA CONDÉ  » DONNE L’ORDRE « , LE POLICIER TUE
Colonel Balla Samoura et Colonel Bafoé
Colonel Balla Samoura et Colonel Bafoé

ALPHA CONDÉ  » DONNE L’ORDRE « , LE POLICIER TUE

ALPHA CONDÉ  » DONNE L’ORDRE « , LE POLICIER TUE

Je l’ai déjà dit qu’Alpha Condé – en affirmant  » si vous manifestez, c’est pour aller vous faire tuer  » – doit être poursuivi par la justice pour des déclarations susceptibles d’inciter à la violence.

Le 16 août dernier, en marge des manifestions démocratiques et pacifiques de l’opposition, un agent des forces de sécurité n’a pas démesuré les ordres de son commandant en chef des Forces armées guinéennes, chef de l’Etat, chef du gouvernement : il a tué par balle un jeune citoyen.

La logique n’a-t-elle pas été respectée? Alpha Condé ayant diabolisé les manifestions de rue, où les manifestants, selon lui, prenaient des risques de se faire tuer, l’action du policier est-elle surprenante?

Si le policier est détenu pour son crime, pensez-vous qu’il aura même besoin d’un avocat pour sa défense, vu la simplicité du dossier où le commanditaire du crime est connu de tous, en la personne du président Alpha Condé?

Le policier est parti de son poste de commandement pour le maintien d’ordre avec une arme non autorisée pour un tel événement. Il est sorti avec cette arme au vu et au su de toute son équipe d’escadron ou patrouille policière. Même son chef hiérarchique de la patrouille était témoin qu’il possédait l’arme interdite.

Pourquoi le chef n’a-t-il pas réagi? Pourquoi personne dans l’escadron ne chercha à dissuader notre agent fautif que son initiative était loin d’être idéale?

A toutes ces questions, il n’y a qu’une seule réponse : le niveau de la peur (ou de la crainte) détermine toujours le niveau d’alerte de sécurité, dit-on.

A LIRE >>  Guinée : Silence, on sacrifie l'avenir de mes enfants !

Beaucoup d’agents des services de sécurité n’ont aucun respect pour la vie humaine, surtout après que leur commandant en chef leur a autorisé que  » manifester, c’est d’aller s’exposer au danger de mort « .

Après avoir entendu de telles déclarations de la part d’un chef d’Etat, pensez-vous que les policiers se soucieront qu’un des leurs soit en possession ou non d’une arme prohibée pendant les manifestations politiques démocratiques?

Notre regretté Thierno Hamidou Diallo – qui avait seulement 20 ans – fut abattu par le capitaine Kalil Diallo, chef de section de la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité.

Abracadabrant ! Il s’agit bel et bien d’un agent de grade Capitaine. Donc, un officier supérieur qui, en principe, sait traiter, analyser, et juger les ordres qu’il donne, mais aussi qu’il reçoit.

S’il a agi en tuant le jeune Hamidou Diallo, il n’est pas fou. Il a su bien exploité l’ordre de son grand chef hiérarchique, Alpha Condé, président de la république.

Aujourd’hui, probablement, avec le pouvoir actuel et une justice corrompue, les vrais coupables pourraient ne pas être châtiés. Mais dans un avenir très proche, et dans un cercle des valeurs purement démocratiques, la justice triomphera et personne n’échappera aux exigences de la loi.

Vive la démocratie ! Vive la république ! Vive le respect des lois de la Constituions !

Naby Laye Camara
Bruxelles (Belgique)




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.



À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*