Mercredi matin, un important dispositif militaire entourait encore le camp Naba Koom 2, où s’étaient retranchés les hommes du RSP qui refusaient la reddition. CRÉDITS : SIA KAMBOU / AFP
Mercredi matin, un important dispositif militaire entourait encore le camp Naba Koom 2, où s’étaient retranchés les hommes du RSP qui refusaient la reddition. CRÉDITS : SIA KAMBOU / AFP
Temps de lecture : 1 minute
Les mesures sécuritaires ont été renforcées à Ouagadougou, à deux jours de la tenue des élections couplées (présidentielle et législatives) de dimanche, a constaté APA, vendredi, dans la capitale burkinabè.
Les accès aux grands hôtels de la ville sont soumis à des contrôles approfondis. Ainsi, l’on aperçoit, par moment, de longues files de véhicules, en train d’être contrôlés.

Ces hôtels accueillent des délégations étrangères, venues pour l’observation du double scrutin de dimanche.

Le ministre délégué en charge de la Sécurité, Alain Jean-Claude Zagré, avait annoncé, lors de sa prise de service, en octobre dernier, que toutes les dispositions seraient prises pour sécuriser ces élections.

Le renforcement de la sécurité à Ouagadougou trouve aussi son explication dans les attentats terroristes commis à travers le monde. Sans oublier la récente prise d’otages au Mali voisin.

En effet, le 13 novembre dernier, très tôt le matin, deux individus ont réussi à pénétrer dans l’hôtel Radisson Blu de Bamako pour prendre en otage 140 clients et 30 employés du réceptif.

Grâce à l’intervention des forces de sécurité maliennes, appuyées par la MINUSMA (forces de l’ONU) et des éléments de la force française ‘’Barkhane », les assaillants ont été délogés après 9h de siège. Le bilan de cette attaque terroriste est de 22 personnes tuées dont deux assaillants.

Les autorités burkinabè en charge de la sécurité veulent certainement prévenir un scénario semblable au Burkina Faso, d’où le renforcement du dispositif sécuritaire constaté à Ouagadougou.

A LIRE >>  L'UA PROPOSE L'ENVOI D'UNE BRIGADE D'INTERVENTION AU SOUDAN DU SUD

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Barthélémy Kéré a annoncé, jeudi lors d’une rencontre, que 25 000 agents de sécurité seraient déployés pour la sécurisation des élections sur toute l’étendue du territoire nationale.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.