Accueil » Les perles de sankara » Ça ne m’arrive pas souvent mais l’autre jour, j’étais en avance. Mais dans cette ville, il ne faut jamais croire qu’on a de l’avance.
Abdoulaye Sankara
Abdoulaye Sankara

Ça ne m’arrive pas souvent mais l’autre jour, j’étais en avance. Mais dans cette ville, il ne faut jamais croire qu’on a de l’avance.

Rate this post

On est toujours en retard. Il y a un tas d’enfoirés qui vous bouffent votre temps. Et sans vous demander votre avis. Donc j’avais dix minutes d’avance et un rendez-vous dans un ministère. J’ai tout de suite perdu mes dix minutes. J’ai cherché le bureau de la bonne dame qui m’avait donné rendez-vous.

Je me suis assis au comptoir et cet enfoiré de serveur m’a promis un café express. Mais il s’est ravisé. Il n’avait plus de café.

Avant de tomber sur elle, j’ai passé en revue une allée de bureaux vides et puis une autre avec des gars comme moi qui se la coulaient douce et lisaient le journal. J’ai fini par localiser la bonne dame. Elle m’a dit bonjour pendant cinq minutes. On se connaît un peu. Elle m’a demandé des nouvelles de la famille, des caprins et des poules sans oublier les poussins. Ce n’est seulement qu’après dix ‘’tanatès’’ qu’elle m’a dit qu’il fallait une photocopie pour compléter mon dossier. Gentille, elle a appelé un jeune gars qui avait l’air aussi intelligent qu’une poule blanche. 


Le jeune con est monté au quatrième étage du ministère et en est redescendu quinze bonnes minutes plus tard avec deux photocopies : une réussie, bien claire, et une loupée, toute noire.
J’avais déjà 20 minutes de retard à cause de cet encéphalo photocopieur amateur. En bas du ministère, j’ai voulu refaire 5 photocopies à mes frais. Mais le zig qui était là n’avait pas de monnaie. Il ressemblait à l’abruti de la photocopieuse. On aurait même dit son frère, mais lui était aussi intelligent qu’un silure. Pour gagner du temps, j’ai décidé d’aller moi-même casser mon billet de 10 mille balles.
Je suis allé au kiosque du ministère prendre un Nescafé. Il était trop tôt pour taper une Guiluxe. Je me suis assis au comptoir et cet enfoiré de serveur m’a promis un café express. Mais il s’est ravisé. Il n’avait plus de café.


Je suis retourné voir la bonne dame, espérant qu’elle allait avoir la monnaie. Elle m’a filé cinq mille balles avec un sourire et cinq minutes de salutations. J’avais réglé mon problème. Mais j’étais déjà trop en retard pour aller au service. Alors, je suis retourné à la maison pour perdre mon temps chez moi.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




A LIRE >>  Il y a 1 500 projets en cours dans ce putain de pays.

Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l’actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*