A LA UNEInterviewPolitique

Dans une interview au quotidien français Les Échos, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana revendique l’ambition sociale de son gouvernement, évoque le programme d’industrialisation du pays et la réforme visant à augmenter ses moyens financiers, tout en abordant les rapports avec la Chine et la riposte au double défi sanitaire.

Conakry, le 9 Mars 2021 – Dans une interview au quotidien français Les Échos, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana revendique l’ambition sociale de son gouvernement, évoque le programme d’industrialisation du pays et la réforme visant à augmenter ses moyens financiers, tout en abordant les rapports avec la Chine et la riposte au double défi sanitaire.

Nous vous proposons ici l’intégralité de cette interview réalisée par les journalistes Yves Bourdillon et Michel De Grandi.

Le Premier ministre de Guinée, reconduit en janvier après l’élection d’Alpha Condé à la présidence, veut mener une politique sociale et éradiquer l’extrême pauvreté d’ici à 2026. Il ambitionne de construire une filière intégrée à partir de l’extraction de bauxite.

Depuis quelques semaines, le virus Ebola a fait sa réapparition en Guinée. Quelle expérience avez-vous tirée de cette épidémie. Est-elle utile pour faire face à celle de Covid-19 ?

A la différence de 2014, nous ne subissons pas Ebola car nous sommes mieux préparés. A l’époque, nous n’avions que quelques dizaines d’agents de santé pour faire face aux épidémies et aucun laboratoire pour les tests. A présent, nous disposons d’environ 1.000 agents et de douze laboratoires, et nous avons un système d’alerte et de gestion qui a bien fonctionné. On a pu ainsi limiter la propagation du virus dès sa réapparition. Nous pouvons dire que la situation est sous contrôle, car la zone concernée est circonscrite, il n’y a pas de propagation à date. La vaccination a commencé le 22 février. Le vaccin que nous administrons est efficace. D’ailleurs, nous n’aurons pas besoin de vacciner l’ensemble de la population.

L’expérience acquise avec Ebola nous sert dans la lutte contre le Covid-19. Nous comptons actuellement moins de 100 décès dus au coronavirus. L’agence sanitaire que nous avons installée fonctionne pour toutes les épidémies. Preuve que le Covid-19 ne nous a pas trop atteints, nous avons affiché en 2020 une croissance économique de 5,2 % et nous tablons sur 5,6 % en 2021.

A LIRE >>  Guinée Bambeto : les émissaires de la junte demandent "pardon" pour les crimes commis sous le règne d’Alpha Condé.

Quelle politique économique comptez-vous mettre en place ?

Notre ambition est avant tout sociale. C’est le sens du mandat que j’ai reçu du président de la République. Nous avons une croissance solide, soutenue, mais elle n’est pas inclusive. Je veux une croissance qui « se mange » et qui touche ainsi tous les Guinéens. L’un des objectifs sur lequel je me suis engagé est de sortir d’ici à 2026 quelque 6 millions de personnes de l’extrême pauvreté. Je veux consacrer à l’ensemble de notre programme global de réduction de la pauvreté 4 % du PIB. Au-delà, nous avons des atouts, des avantages comparatifs dans différents domaines, sur lesquels nous comptons capitaliser pour réaliser cette ambition sociale, comme les richesses minières, l’agriculture ou le capital humain. La Guinée dispose de plus de 12 millions d’hectares de terres arables.

Le secteur minier est aux mains de groupes étrangers. N’y a-t-il pas moyen de créer une chaîne de valeur locale ?

Le secteur minier contribue aujourd’hui à hauteur de 20 % au PIB. Il doit nous servir de levier pour le développement d’autres industries et services. Nous exploitons la bauxite. Nous sommes en train de mettre en place une filière de transformation industrielle pour produire l’alumine et l’aluminium, avec une dizaine de projets de raffineries. Une entreprise sino-franco-singapourienne a déjà entrepris la construction. Une autre implique des Américains, des Britanniques et des Allemands. Les Russes possèdent aussi une usine en production. Un groupe des Emirats arabes unis avance également dans son projet. Ce programme d’industrialisation va permettre au pays de créer plus d’emplois et plus de valeur ajoutée pour l’économie.

A LIRE >>  Les partisans du président Alpha Condé appellent à une "grande marche de protestation, le samedi, 25 septembre 2021 à Paris

Au-delà de l’industrie, comment allez-vous financer votre développement ?

En parlant du moyen terme, mon chantier majeur est de donner au pays les moyens de son ambition économique. Ce chantier consiste à réformer en profondeur notre fiscalité. D’ici à cinq ans, cela nous permettra de faire progresser les recettes de l’Etat de 5 à 7 points du PIB, pour passer de 13 % à au moins 18 %. C’est totalement à notre portée, car c’est la moyenne régionale. C’est un montant important, qui servira à combattre la pauvreté, à renforcer notre système éducatif et de santé, à développer les infrastructures, tout cela pour améliorer la vie des Guinéens.

La Chine est très présente. Fait-elle figure de partenaire privilégié ?

Nous n’avons de préférence particulière pour personne, nous allons au mieux de nos intérêts pour développer le pays et nous n’avons pas d’états d’âme. La Chine est aujourd’hui la principale source de financement des différentes économies, y compris des pays occidentaux à travers les bonds du Trésor américain par exemple. On ne peut donc pas faire ce reproche à la Guinée, un pays africain.

Yves Bourdillon et Michel De Grandi

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.