Dossiers

Pas de raison que le Sénégal refuse de livrer Toumba

    0
    Toumba Diakité
    Toumba Diakité
    Mode nuit

     ‘‘Pas de raison que le Sénégal refuse de livrer Toumba « 

     

    La coopération judiciaire guinéo-sénégalaise vient de porter fruit en débouchant sur l’arrestation à Dakar de l’ex-aide de camp du capitaine Dadis Camara en fuite depuis le 4 décembre 2009.

    Le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, ditToumba, a été interpellé et placé en détention le 16 décembre à Dakar. Une information qui ne surprend guère le ministère de la Justice, garde des Sceaux, même si beaucoup d’années se sont écoulées depuis l’émission d’un mandat d’arrêt interna- tional contre celui qui est cité au premier plan dans le massacre du 28 septembre 2009, et qui a voulu attenter à la vie de son mentor de président sur qui il a ouvert le feu.
    Par la voix de son responsable de la Communication, le ministère dirigé par Me Cheick Sako évalue cependant la portée du dossier.

    « Au ministère de la Justice, on n’est pas surpris de son arrestation. (…) Je ne voudrais trop en parler, parce qu’il s’agit d’un dossier sensible. Mais je répéterai ce que le ministre d’Etat, ministre de la Justice, garde des Sceaux a eu à dire à l’Assemblée nationale lors de la session budgétaire. C’est que la procédure d’information judiciaire est presque bouclée. Il ne restait plus qu’une seule personne à entendre parmi les

    Aboubacar Toumba Diakité

    personnes plus ou moins identifiées. Les juges d’instruction guinéens auront l’occasion de boucler cette information judiciaire, pour qu’en 2017, on entre dans la phase.Onafaitprèsde5à6 ans dans la phase préparatoire du jugement et dans la phase d’information judiciaire. Nous allons bientôt entrer dans la phase du jugement proprement dit», soutient Ibrahima Béavogui.

    A la question de savoir si on peut s’attendre à une extradition en Guinée du lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, la réponse de M. Béavogui est sans équivoque.

    « Cela va de soi. Parce que quand il y a un mandat d’arrêt international, il y a des ques- tions préjudicielles qui se posent, des questions liées soit à l’ordonnancement juridique dans le pays, liées soit à des peines de mort ou à autre chose. Si ces questions sont réglées, il n’y a pas de raison qu’on ne l’extrade pas dans le pays qui le demande », clarifie- t-il.

    Conscient du déficit budgétaire dans la conduite à bon port de ce dossier, Ibrahima Béavogui fonde son espoir sur l’assis- tance extérieure en vue de réussir le défi qui interpelle la justice guinéenne.

    « C’est vrai que nous n’avons pas assez de moyens. Mais la

    Guinée s’est rendue compé- tente pour régler cette affaire. Elle va se battre pour avoir les moyens avec l’assistance inter- nationale. Parce qu’aujourd’hui, si Toumba est arrêté, ce n’est pas parce qu’il y a eu la prouesse des juges guinéens. Il y a eu la coopération interna- tionale qui a fait que cette per- sonne est arrêtée aujourd’hui. Ça veut dire que dans le même cadre de la coopération interna- tionale, on assistera la Guinée. Mais en tout état de cause, c’est que la Guinée a décidé que le jugement se fasse ici », conclut l’invité de la radio Espace FM.

    Par Mady Bangoura


    conakrylemag Magazine
    Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ...

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    You may also like

    More in Dossiers