GHANA: UN PRÉSENTATEUR RADIO ET SES DEUX INVITÉS CONDAMNÉS
Des policiers montent la garde devant la Cour Suprême du Ghana, à Accra, le 29 août 2013 | AFP/Archives | Chris Stein
Des policiers montent la garde devant la Cour Suprême du Ghana, à Accra, le 29 août 2013 | AFP/Archives | Chris Stein

GHANA: UN PRÉSENTATEUR RADIO ET SES DEUX INVITÉS CONDAMNÉS

La Cour suprême du Ghana a condamné un présentateur radio et ses deux invités pour avoir menacé de tuer les juges qui ont ordonné la suppression de noms des listes électorales en vue des prochaines élections de décembre.

La juge Sophia Akuffo a prononcé mercredi une lourde peine de quatre mois de prison ainsi qu’une amende de 10.000 cedis (2.500 dollars) à l’encontre de Salifu Maase, alias Mugabe, présentateur radio controversé de Montie FM, ainsi que ses deux invités, soutien du pouvoir en place, Allistair Nelson and Godwin Ako-Gunn.

La Cour a expliqué que les accusés avaient touché à l’intégrité du système judiciaire en rejetant la décision des juges de supprimer des noms des listes électorales, allant jusqu’à les menacer de mort à l’antenne.

Début juillet, 56.000 noms ont été rayés des listes électorales, des électeurs ayant utilisé leur carte de sécurité sociale comme justificatif d’identité.

L’opposition s’était alors inquiété de fraudes possibles, étant donné que ces cartes ne sont pas attribuées uniquement aux citoyens ghanéens, créant un imbroglio politique à quelques mois de l’élection présidentielle.

Le propriétaire et le directeur de Montie FM, radio qui soutient le parti au pouvoir, ont été également condamnés à payer une amende de 30.000 cedis (7.600 dollars). Leur présentateur, qui se fait appeler “Mugabe”, est connu pour ses discours musclés, toujours pro-gouvernementaux.

Les avocats des accusés, qui avaient plaidé la liberté d’expression durant le procès, ont déclaré “accepter la décision de la prestigieuse Cour”, dans un communiqué.

“Nous reconnaissons que des propos tenus par certains de nos clients n’étaient pas acceptables. Nous pensons toutefois que la peine (…) est trop sévère et excessive”, ont ajouté Nana Ato Dadzie et George Loh, implorant le pardon présidentiel pour leurs clients.

Les élections générales se tiendront le 7 décembre, après plusieurs contentieux sur la date du scrutin, causés par cette affaire des registres électoraux.

Elles opposeront le président John Dramani Mahama, du Congrès démocratique national (NDC), qui espère remporter un second mandat de cinq ans, au principal parti d’opposition, le Nouveau parti patriotique (NPP).

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Siaka Barry et Ousmane Sonko

Siaka Barry apporte son soutien à Ousmane Sonko

MON SOUTIEN TOTAL AU PRÉSIDENT OUSMANE SONKO : Cher frère et ami Sonko, En ces …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.