Des journalistes guinéens manifestent le 8 février 2016 à Conakry après la mort d'un de leur confrère, trois jours plus tôt | AFP/Archives | CELLOU BINANI
Des journalistes guinéens manifestent le 8 février 2016 à Conakry après la mort d'un de leur confrère, trois jours plus tôt | AFP/Archives | CELLOU BINANI

Guinée: décès d’un militant de l’opposition en détention provisoire

Un des vingt militants de l’opposition en Guinée arrêtés et inculpés en février dans le cadre d’une enquête sur la mort par balle d’un journaliste est décédé mardi en détention.

Mamadou Saïdou Bah, qui était un des volontaires assurant le maintien de l’ordre au sein de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) lors de manifestations, est décédé après avoir été évacué à l’hôpital avec trois codétenus, selon les avocats.

« Mon frère Saïdou est mort », a dit un de ses demi-frères, Alfa Abdoulaye Bah, précisant qu’il laissait trois veuves et douze enfants. « Je ne l’ai pas vu depuis février, je ne sais pas ce qui lui est arrivé », a affirmé un autre de ses demi-frères, Ousmane Bah.

Un avocat de la famille, Me Alsény Diallo, a expliqué avoir été sollicité la semaine dernière pour des besoins d’une évacuation sanitaire de quatre des prévenus, dont M. Bah, écroués à la prison civile de Conakry, parce qu’ils étaient « tous malades ».

« Je me suis rendu sur les lieux et effectivement, ils étaient tous malades », a ajouté Me Diallo, disant avoir déposé « une demande de mise en liberté provisoire, qui a été rejetée », mais avoir obtenu une « ordonnance d’hospitalisation que j’ai fait exécuter vendredi dernier ».

« Malheureusement, ce (mardi) matin, j’ai été appelé par l’un d’eux qui m’a dit que leur camarade Saïdou est mort à 04H00 (locales et GMT) », a-t-il poursuivi.

Ni la famille ni les avocats de l’opposant décédé n’ont été en mesure de se prononcer sur la nature de la maladie.

Mais, lors d’une conférence de presse mardi soir, le procureur de la République, Sydy Souleymane Ndiaye, a déclaré que Mamadou Saïdou Bah « souffrait de douleurs cervicales, de céphalée intense et de fièvre persistante ».

« Le personnel médical a mis en oeuvre une importante assistance en vue d’améliorer son état de santé. Malgré tous les efforts déployés, Mamadou Saïdou Bah est décédé ce jour, 10 mai 2016, à 04H00, à la suite des affections » évoqués, a ajouté M. Ndiaye, en présence du ministre de la Justice qui ne s’est pas exprimé.

Le procureur a par ailleurs confirmé que la justice avait autorisé le 6 mai l' »hospitalisation externe » de M. Bah et des trois coprévenus « qui avaient des ennuis de santé ». « Les quatre inculpés ont été placés en observation médicale dans le pavillon de médecine légale du centre hospitalo-universitaire Ignace Deen » de Conakry, a-t-il précisé.

Aucun détail n’a été communiqué sur l’état de santé des trois autres détenus demeurant hospitalisés.

Lors d’une conférence de presse distincte, les avocats de l’UFDG ont fait part de leur « consternation face à (la) mort tragique » de leur client, selon l’un d’eux, Paul Yomba Kourouma.

Mamadou Saïdou Bah et les 19 autres militants de l’UFDG ont été inculpés en février d' »assassinat ou complicité d’assassinat, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger », d’après les avocats de l’UFDG.

Ils avaient été entendus à plusieurs reprises dans le cadre de l’enquête sur la mort du journaliste El Hadj Mohamed Diallo avant d’être placés en garde à vue. Le journaliste avait perdu la vie à la suite de blessures par balle infligées dans des heurts le 5 février entre la garde civile de l’UFDG et des partisans d’Amadou Oury Bah, exclu de la formation dont il était le vice-président.

 

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

About conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Souleymane Thiâ'nguel Bah

Thiâ’nguel flingue « laissez Damaro barboter dans son caniveau de Coronthie »

Donc, si je comprends bien, la défense sur le plagiat de Damaro, c’est de dire …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !