votre espace publicite 2018

Hum, je me suis promis de demeurer célibataire, sans femme, sans copine et sans go.

Hum, je me suis promis de demeurer célibataire, sans femme, sans copine et sans go.
5 (100%) 1 vote

Hum, je me suis promis de demeurer célibataire, sans femme, sans copine et sans go. Mais malgré cette promesse, je ne m’interdis pas de me rincer l’œil de la tête et du cœur, lorsqu’au hasard du godet, dame nature me donne à voir une belle créature. Et samedi dernier, alors que je caressais une bouteille blonde dont je me délectais parcimonieusement, une entrée fracassante me réveilla de mes sensations guiluxtiques.

Jamais, je ne me suis senti aussi perturbé à la vue d’une femme. J’ai d’abord voulu réprimer le sifflement d’admiration qui m’a enjaillé. Mais impossible de faire semblant. Celle-là ne s’était certainement pas planquée dans un abri-refuge le jour où on avait distribué la beauté. Elle avait eu la mesure qu’il fallait et dans les meilleures proportions. Si vous voyiez cette petite fée, ses cheveux au vent, ses lèvres charnues et son popotin bien garni, vous risqueriez de parier six mois de salaire pour juste lui serrer la main. Le hic pour moi, ce soir-là, c’est que je n’avais ni touché mon salaire ni ne savais quand exactement je pourrais le faire.

Ma plus grande prière était qu’elle ne s’amène pas dans ma direction et ne demande surtout pas à s’asseoir à côté de moi.
Je voyais quelques énergumènes s’agiter dans le fond du maquis pour attirer son attention, mais la belle gonzesse semblait être plutôt venue pour quelqu’un, un môgô puissant ou au moins un enfoiré qui devait avoir des sous à jeter par les fenêtres. Comme j’étais assis au comptoir, le dos tourné à la porte d’entrée, je me suis dit qu’elle ne risquait pas de s’aventurer vers un gaou paumé, à qui il ne restait qu’un dernier billet pour attendre une hypothétique prochaine paie. Dans la foulée, j’ai d’ailleurs tâté ma poche pour m’assurer que le foutu papier de 20.000 GNF qu’un ministre m’avait donné était bien en place.


Ce qui devait arriver arriva. Elle tourna en rond pour venir échouer juste à quelques centimètres de moi. Comme nos mains ne sont pas trop éloignées l’une de l’autre, je me suis mis à calculer la distance et je me suis rendu compte qu’il suffisait que je bouge la mienne pour établir la connexion. C’est bien le geste qui m’a été fatal. Le contact établi, il fallait maintenir la conversation, continuer à boire et faire boire la princesse. Le prix à payer, c’était de précipiter la disparition du billet de 20.000 balles sur lequel j’étais assis.


C’est alors que j’ai eu l’idée d’aller d’abord me soulager. En faisant un calcul rapide, je me suis rendu compte qu’avec mes pauvres sous, je ne réussirais ni à satisfaire la gonzesse, encore moins à espérer quoi que ce soit. C’est alors que j’ai pris la seule résolution qui me restait, celle de m’éclipser discrètement, sans demander mon reste. En plus, je lui ai fait le cadeau empoisonné de la facture de ma Guiluxe. J’espère que ça lui apprendra à bien regarder les gens de qui elle veut boire le marigot. J’étais de passage, je dépose ça ici et je m’en vais voir à Washington Dc chez Bokar Sidibé si j’y suis.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



A LIRE >>  La circulation à Conakry, c'est plus possible. C'est la guerre.

Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

L'information en continu

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos.Vous aimez cet article ? Suivez-nous via le RSS ou sur Facebook et lisez d'autres articles intéressants :

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.