Accueil » Les perles de sankara » « Interdit d’uriner. 5000 francs ».
Abdoulaye Sankara
Abdoulaye Sankara

« Interdit d’uriner. 5000 francs ».

 Pourtant, j’ai une forte envie de vidanger mes boissons, surtout qu’elles sont au nombre de quatre et que ma vessie menace d’observer un arrêt de travail.

Je voudrais comprendre si ce que je lis veut dire « Autorisation de se la secouer », voire de « se branler tranquillos à raison de 5000 balles le coup » ou bien s’il faut lire « interdit d’uriner sous peine d’une amende de 5000 francs ». De toutes les façons, c’est kif-kif pour moi, parce que j’ai un besoin pressant et j’ai pas le temps de me fouiller les poches pour évaluer ma santé financière. Je descends donc la braguette. Zip!

Je suis aux anges, les yeux fermés, je salue celui qui a l’idée lumineuse de créer le verbe « soulager » tout en écoutant le bruit du puissant ruissellement sur le mur déjà odorant. Le bonheur intégral… Quand, soudain, une voix derrière moi m’extirpe de cet état second : « Vous ne savez pas lire? »


– Pourquoi? il faut savoir lire pour pisser? lui dis-je sans lâcher mon bidule.
– Il est interdit d’uriner ici! gueule le couillon.
– Ah ça, je vois bien. Mais où est-ce que c’est autorisé? Je ne vais quand même pas me pisser dessus. – Tu n’as qu’à retourner pisser là où tu as bu, saoulard. Ici, c’est cinq mille francs. – Cinq mille seulement? lui dis-je en me tâtant les poches. Je crois bien que j’ai dix mille sur moi; est-ce que je peux chier avec la différence?


Fallait pas. Le zigoto a cru que je me foutais de sa gueule. Il n’avait pas tout à fait tort, du reste. J’ai juste eu le temps de remballer mes bijoux de famille avant qu’il me chope par le col. Comme il était baraqué comme Hercule, je l’ai laissé faire. Il m’a fouillé les poches et en a sorti un vieux billet moisi de mille francs.
– C’est tout? s’étonne-t-il.
– Je comptais faire un chèque pour compléter…
Je crois que le gars n’aimait pas ma façon de parler. Si une voiture de la police ne s’était pas arrêtée à notre niveau, je crois bien qu’il me l’aurait exprimé clairement, avec des gestes puissants sans doute.

Deux flics sont descendus du véhicule et ont posé des questions. Moi, vous me connaissez, j’ai tout de suite avoué… que le zigoto m’a fait les poches et m’a soulagé de dix mille francs. Le gaillard a donné aussi sa version de cette… voie de faits et les flics l’ont gentiment prié de les accompagner au poste pour lui rendre la monnaie de l’argent qu’il s’est cru autorisé à confisquer manu policiari.


Heureusement que la police est là pour défendre la veuve et l’orphelin. Cette séance de pisse musclée m’a donné soif. Je me suis aussitôt mis en quête d’un bistrot où on sert à boire et à pisser pour le même prix.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




A LIRE >>  Aujourd’hui, j'ai envie de foutre mon pied au foot.

Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés...

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*