Accueil » Les perles de sankara » si j’en faisais, y a longtemps que je ne roulerais plus dans cette vieille voiture
Abdoulaye Sankara
Abdoulaye Sankara

si j’en faisais, y a longtemps que je ne roulerais plus dans cette vieille voiture

Rate this post

Moi je suis le véritable prolétaire élevé à la souche Lénine mais je ne fais pas de politique. Tel que vous me voyez dans ma vieille voiture et fréquentant assidûment les grins, est-ce que je ressemble à quelqu’un qui fait de la politique ?

D’abord, si j’en faisais, y a longtemps que je ne roulerais plus dans cette vieille voiture même si elle et moi on en a vu, genre Lucky Luke et Jolly Jumper (tu connais ? le premier est un personnage de bande dessinée créé en 1946 par le dessinateur et scénariste belge Morris, le second, c’est son fidèle cheval, décidément toi, il faut tout t’expliquer). Sinon, je ne vois pas l’intérêt.

Franchement. Je continuerais à prendre mon café noir, mais finie la chaleur qui vous dérange dans un tacot sans clim. Finis les encombrements sur la route. Si je faisais de la politique, je serais sûrement un grand puissant et peut-être que je ne vous causerais plus. Nous ne serons plus de la même classe, j’aurais opté pour la bourgeoisie et vous resterez dans le lumpen-prolétariat (ça je ne t’explique pas, fais tes recherches toi-même, t’as pas été à l’école ?).

Surtout qu’en politique, c’est payant d’être chef de file de l’opposition (du dingue, le mec paye son opposant pour s’opposer à lui), haut représentant du chef de l’Etat (avec des avantages évidents même si on les reconnaît pas en public), ministre d’Etat chargé des investissements publics et privés (les Chinois et les russes paraît-il savent mettre la main à la poche), etc.

A LIRE >>   Alpha Condé et les artistes: les dessous d’une rencontre suspecte et trouble.

Mais, en attendant, vu comment se comportent certains de nos politicards, j’ai aucune envie d’être des leurs. Regardez un peu du côté de l’Assemblée nationale où un député se permet de piquer une tablette. C’est pas joli ça, et je vois le regard des élèves sur ses enfants à l’école.

Le week-end dernier, par exemple, j’étais à Siguiri. Il y a une fille qui m’a invité là-bas. J’avais donc le c… vissé sur une chaise qui menaçait de me flanquer par terre, face à la go, mais surtout non loin de la mairie. Je me concentre et je froisse la mine pour avaler mon café. La go me dit que j’ai l’air de quelqu’un qui se concentre pour… chier quand je fais ça. Elles sont impolies les Siguirikanaises dè !

Je la regarde dans le blanc des yeux et je prends mon souffle pour lui dire ce que je pense dans mon ventre quand j’entends des cris. Les supporters de l’équipe locale sans doute.

Quand un merveilleux parfum de lacrymogène me pénètre les naseaux sans même crier gare, je manque de vomir mes tripes.
Le remue-ménage qui s’ensuit m’informe qu’il s’agit plutôt des partisans d’un maire qu’on n’aime pas. Moi, vous me connaissez. Maire aimé ou pas, je m’en tape. Que ce soit celui qui est là où l’autre qu’on veut imposer, pourvu qu’il n’invente pas de nouvelles taxes. Pour le reste, je m’en fous.

Une demi-heure de chasse à l’homme plus tard, j’avais déserté le café sans payer et j’étais saoulé de gaz lacry.
Le soir, j’ai appris dans un autre café, qu’un flic s’était fait refaire le portrait à la hache par des taxi-motards. On est au Rwanda ici ou bien ? Si c’est ça la mentalité ici, je n’y reviendrais plus.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




A LIRE >>  Je ne sais pas mentir. C’est plus fort que moi.

Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


À propos conakrylemag Magazine

Retrouvez en live toute l’actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos. News et actualités de stars à Conakry , les meilleurs et les pires look de vos célébrités préférés…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*