votre espace publicite 2018

J’y comprends plus rien. J’ai les vésicules du cerveau aussi emmêlées que les intestins de Pouik le chien de chez Marie à Cookerya

J’y comprends plus rien. J’ai les vésicules du cerveau aussi emmêlées que les intestins de Pouik le chien de chez Marie à Cookerya
VOTRE NOTE

J’y comprends plus rien. J’ai les vésicules du cerveau aussi emmêlées que les intestins de Pouik le chien de chez Marie à Cookerya (vous connaissez pas, c’est là où je me cache pour débiter mes écrits d’aigri constipé). La planète déraille !

Alpha et Cellou se jaugent ; Horoya et AS Kaloum se font des coups bas ; Dakhlala et Super Bobo ne s’entendent toujours pas ; les Palestiniens se font massacrer salement et tout le monde la ferme ; les Amerlocks votent pour Donald Trump et nos ancêtres les Gaulois font les yeux doux à Marine Le Pen ; Chinois et Coréens se regardent en chiens de faïence !

Quel bordel ! Le matin, sur mon lit, j’essaye d’imaginer quelle autre grosse connerie pourrait bien nous tomber sur le coin du nez. Je cauchemar sec. Je vois Tardieu nommé DG de Sobragui ; des guerres entre les Chinois et les Colombiens et, puis, Joseph Kabila nommé secrétaire général de l’ONU. Mais, le soir devant mon nectar bien tapé buvant à l’avènement de Bacchus sur la Terre, dans la douceur de la nuit et l’agréable flottement des odeurs de viande grillée, je me rassure. Le monde peut bien péter en deux ou en quatre, rien ne bougera jamais dans ce pays ! Notre dèche même nous tient à l’abri de tout bouleversement brutal.


Il y a dix ans, j’étais assis dans le même bar à écrire les mêmes conneries. Depuis, rien n’a changé, à part les chaises et l’ouvre-bouteille.


La serveuse est toujours léonaise. Elle fait toujours « boutique mon c… » après minuit. Le cuisinier est toujours abruti et comme lui, son petit frère n’ira pas à l’école. Les journaux sont toujours aussi serviles. Des douaniers viennent toujours picoler de l’argent mal gagné et les vautours bouffer des os de mouton, bien mérités.

Tout autour de moi, c’est la même mouise éternelle. Et pourtant, des divisions de bailleurs de fonds ont envoyé des cargos de frics et, par milliers, de bonnes âmes sont venues soigner les petits z’enfants d’Ebola, de méningite. Mais le pays est resté le même pays. Nous crevons toujours de palu et de misère !

Donc, il ne va plus rien nous arriver ! Concluant sur cette pensée optimiste, j’ai payé mon verre et je me suis aperçu que j’avais parlé un peu trop vite. Un enfoiré de fils de rat m’avait volé les clignotants de ma voiture. Bon ça, c’est pas trop grave, vu que les Garages du Gouvernement vont les changer. Sans que je paye un kopeck. Ainsi va la Guinée et le Monde en ce vendredi que je vous souhaite bon, pas bonne comme des idiots l’écrivent sur facebook.

Abdoulaye Sankara

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



A LIRE >>  Mille milliards de mille millions de galères !

Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

L'information en continu

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos.Vous aimez cet article ? Suivez-nous via le RSS ou sur Facebook et lisez d'autres articles intéressants :

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.