Des milliers de Kenyans manifestent le 5 juillet 2016
Des milliers de Kenyans manifestent le 5 juillet 2016 après le meurtre de trois personnes dont l'avocat Willie Kimani. Lundi, 4 policiers kényans inculpés à Nairobi pour les meurtres fin juin d'un avocat, de son client et de leur chauffeur | AFP/Archives | TONY KARUMBA
Temps de lecture : 1 minute

uatre policiers kényans ont été inculpés lundi par un tribunal de Nairobi pour les meurtres brutaux fin juin d’un avocat, de son client et de leur chauffeur, et pour lesquels ils ont chacun plaidé non coupable.

Les policiers, Fredrick Leliman, Leonard Mwangi Maina, Stephen Cheburet Morogo et Silvia Wanjiku Wanjohi, sont accusés d’avoir tué l’avocat Willie Kimani, son client Josephat Mwenda et leur chauffeur de taxi Joseph Muiruri.

Ces assassinats, précédés de torture, avaient suscité une vive émotion dans le pays et conduit le barreau kényan à décréter une grève des prétoires d’une semaine.

Les trois victimes avaient disparu le 23 juin après une audience au tribunal de Makovo, dans la banlieue de Nairobi. Leurs corps mutilés avaient été retrouvés une semaine plus tard dans la rivière Ol Donyo Sabuk, au sud-est de la capitale.

Les poignets de Me Kimani avaient été attachés, trois de ses doigts coupés et ses yeux énucléés, selon la presse kényane.

Le client du jeune avocat, un chauffeur de moto-taxi, accusait la police de l’avoir harcelé et intimidé afin qu’il abandonne une plainte contre un haut responsable des forces de l’ordre qui, disait-il, lui avait tiré dessus sans raison en avril 2015.

La police kényane est régulièrement accusée d’exécutions extrajudiciaires par les organisations de défense des droits de l’Homme kényanes et internationales.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook
A LIRE >>  Climat : Les pays d’Afrique se sont joints au concert de désapprobation à travers le monde

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.