votre espace publicite 2018

L’Afrique : Nouvel Eldorado Des Startups ?

L’Afrique : Nouvel Eldorado Des Startups ?
VOTRE NOTE

Le continent africain est sans équivoque le prochain fleuron des startups. L’économie de l’Afrique, longtemps considérée « à la traîne », est depuis quelques années en train de bondir comme nous le confirme Jacques Torregrossa, Directeur Afrique du sud et sub-saharienne d’UbiFrance, contacté par La Voix de France :

«  La croissance économique africaine est beaucoup plus forte qu’en Europe. Avec une augmentation de 5,1 % en moyenne en 2013, c’est la deuxième plus élevée dans le monde après l’Asie. ». Le FMI a également avancé que d’ici 2018, 12 des 20 pays à plus forte croissance dans le monde se situeront en Afrique.

De quoi faire réfléchir les entrepreneurs qui jurent encore uniquement par la Silicon Valley, mais qui ne sont pas fermés à la conquête de marchés en développement. Il faut dire que l’Afrique est prometteuse au regard du développement des nouvelles technologies et des nouveaux usages.

Le potentiel numérique de l’Afrique
L’Afrique est en phase de réaliser un véritable saut technologique dans la prochaine décennie, invasion du smartphone en tête. Contrairement au cheminement classique, les Africains ne passent pas par la case « ordinateur » pour leur connexion Internet, qu’ils effectuent directement sur des terminaux mobiles, en particulier le téléphone. Dans ce domaine, la Corn rivalise aussi avec l’Asie, en devenant le deuxième marché mondial de la téléphonie. D’ici 2015, le continent devrait largement dépasser le milliard d’abonnés alors qu’il compte déjà aujourd’hui plus de 600 millions d’utilisateurs.

Même si l’on note une disparité selon les pays, la croissance reste forte et la démographie africaine joue un rôle important : aucune population n’est plus jeune sur le globe ! Avec 200 millions de personnes âgées de 15 à 25 ans – des internautes en devenir – le continent promet une croissance numérique fulgurante. Jacques Torregrossa n’hésite pas à nous le souligner : « La population africaine compte 1 milliard de personnes et sa démographie en fait la jeunesse et l’avenir du monde ».

A LIRE >>  UNE FORCE RÉGIONALE DE PROTECTION AU SOUDAN DU SUD ÉVOQUÉE AU SOMMET DE L'UA

Par ailleurs, l’installation de câbles sous-marins à fibre optique avant la fin 2014 devrait contribuer à l’accélération du mouvement technologique. Une mouvance qui s’accompagne d’un développement de l’entreprenariat pour répondre à des préoccupations locales.

Les prémices d’un vivier de startups colossal
Si le potentiel économique de l’Afrique n’est plus une surprise, les startups africaines peinent encore à sortir de l’ombre. Pourtant les initiatives se développent et les innovations se multiplient. C’est le cas de la jeune entreprise BRCK.

Elle a conçu un système sous forme de brique permettant à la population de rester connectée sur la Toile même lorsque le courant est coupé et qu’il n’y a plus de connexion. Cette innovation, issue du Kenya, pourrait rayonner partout dans le monde. Du côté du Nigéria, la startup Jumia, considérée comme l’Amazon africain fait également beaucoup de bruit. De nombreux autres exemples peuvent être cités pour constater que les startups fleurissent en Afrique.

Ce n’est pas anodin si une Silicon Valley africaine est prévue d’être construite au Kenya. Un projet considérable financé par International Finance Corporation, membre du Groupe de la Banque Mondiale, qui devrait créer 200 000 emplois. Baptisé « Silicon Savannah », ce futur territoire de 2000 hectares sera en construction pendant les vingt prochaines années afin d’accueillir startups, investisseurs et chercheurs.

L’Afrique ne laisse pas les entreprises internationales indifférentes non plus, Google y a lancé en 2011 le premier incubateur sud-africain, prénommé « Umbono », traduisez par « idée » en langage zulu. La structure a pour mission de développer le numérique en Afrique et plus particulièrement d’accompagner pendant six mois le développement de cinq startups, après sélection. Ces dernières sont encadrées par des experts du géant de Mountain View et bénéficient d’apports technologiques et techniques.

A LIRE >>  CRISE EN COTE D’IVOIRE - COMMUNIQUE FINAL

Les startups françaises ont une carte à jouer
C’est indéniable, la nouvelle terre d’accueil de la French Tech pourrait certainement être l’Afrique.  Ce continent suscite de plus en plus l’intérêt des entreprises françaises, d’après Jacques Torregrossa : « Elles sont de plus en plus nombreuses à redécouvrir à raison, les attraits de ce vaste mais difficile marché continental : la zone est relativement « proche », il y a peu de décalages horaires, les tarifs aériens sont en baisse, la francophonie est importante en Afrique de l’ouest, et il y a peu de risque de change dans les pays CFA. »

Le mouvement semble déjà lancé du côté des Africains qui ont reçu un enseignement en Europe, selon le directeur Afrique sub-saharienne d’UbiFrance : « Beaucoup de jeunes africains formés en occident reviennent sur le Continent et lancent des startups. On n’est pas aux Etats Unis mais l’esprit d’entreprise est bien présent et les secteurs concernés sont nombreux et variés: ciment, mode, télécom, éducation privée … ».

Les entrepreneurs français devraient certainement suivre le mouvement en développant de nouvelles solidarités numériques avec les pays africains en plein boom. La France a d’autant plus un rôle à jouer vu que son l’Afrique va permettre dans les années à venir de faire progresser  la francophonie dans le monde.

 

source:lavoixdefrance.fr

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook




Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.

L'information en continu

Retrouvez en live toute l'actualité Politique, économique, sportive culturelle et people Guinéenne en photos et vidéos.Vous aimez cet article ? Suivez-nous via le RSS ou sur Facebook et lisez d'autres articles intéressants :

Recommandez pour vous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.